/misc
Navigation

Mauvais départ pour QS

Mauvais départ pour QS
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2020 commence mal pour Québec solidaire, qui s’est déjà distingué deux fois avec des affirmations douteuses.

D’abord, il y eut l’épisode de la «semaine de quatre jours» à «six heures par jour». Des dépêches avaient rapporté que la nouvelle première ministre finlandaise, Sanna Marin, promettait de l’instaurer.

Deux élus de QS, Gabriel Nadeau-Dubois et Alexandre Leduc, y voyant un exemple inspirant, ont encensé l’idée. Sauf qu’il s’agissait d’une sorte de fausse nouvelle.

Cette réduction radicale du temps de travail ne figure pas au programme du gouvernement Marin. Certes en août, alors qu’elle n’était que ministre, Marin l’avait évoquée : «Pourquoi ce ne serait pas la prochaine étape?» Mais cela ne figure pas dans ses plans,a-t-elle rectifié.

Des médias de référence avaient été bernés, dont la RTBF belge et The Guardian, comme Nadeau-Dubois l’a souligné. Admettons. Il aurait toutefois été préférable que les solidaires vérifient eux-mêmes le programme du gouvernement Marin.

Legault «pire que Trump»?

L’autre affaire est plus gênante. Mercredi matin, QS publie un communiqué au titre accablant : «Le Québec, champion des inégalités économiques». Vous avez bien lu! «La CAQ creuse le fossé entre les gens ordinaires et les ultrariches», ajoutait-on.

Dans le communiqué, ni références ni données pour étayer de telles affirmations. Le député Leduc, tout de même, y «accus[ait] François Legault de “faire pire que Trump” alors que la disparité entre la rémunération moyenne des travailleurs et des travailleuses et celle des PDG les mieux nantis au Québec dépasse à la fois le Canada et les États-Unis».

À QUB radio, M. Leduc m’a expliqué s’être basé sur un éditorial de La Presse, lequel reposait sur une étude annuelle du Canadian Centre for Policy Alternatives (CCPA) évaluant le fossé entre rémunérations des PDG et des employés.

Or, vérification faite, dans l’étude, on n’isolait aucunement les «PDG les mieux nantis au Québec». QS se basait sur une extrapolation de l’éditorialiste de La Presse. D’ailleurs, après que mon collègue de l’Agence QMI Jean-François Gibeault eut posé des questions, QS a modifié son communiqué. On y parlait alors des «PDG canadiens les mieux nantis».

De plus, les rémunérations étudiées étaient celles de 2018. Legault étant arrivé au pouvoir en octobre de cette année-là, comment aurait-il pu faire «faire pire que Trump» afin de satisfaire ses « amis PDG »?

En entrevue, le député Leduc a admis avoir forcé le trait à dessein : «Si faire une comparaison avec Trump, ça provoque une discussion, ben tant mieux.»

Bien sûr que la rémunération grotesque des PDG au Canada et au Québec est à dénoncer ! L’étude du CCPA que QS ne semble pas avoir lue contient d’ailleurs des pistes pertinentes pour combattre cette gloutonnerie.

Mais à suivre M. Leduc, on comprend que si l’on veut «provoquer une discussion», nul besoin de s’embarrasser des faits, des données : «Le Québec, champion des inégalités économiques». Boom! C’est faux, mais ça va jaser! Pitoyable.

Après ça, à QS, on se demande pourquoi, souvent, on n’est pas pris au sérieux.