/sports/hockey/canadien
Navigation

Thompson, un habitué des transactions

HKN-HKO-SPO-EDMONTON-OILERS-V-MONTREAL-CANADIENS
Photo AFP Nate Thompson est un vétéran apprécié dans le vestiaire du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Le 13 février 2018, Nate Thompson passait des Sénateurs d’Ottawa aux Kings de Los Angeles. Le 15 février 2019, il traversait encore le continent, mais cette fois d’ouest en est en quittant la Californie pour Montréal.

Pour la troisième année d’affilée, Thompson pourrait encore une fois être impliqué dans une transaction à l’approche de la date limite des échanges. À 35 ans, l’Américain originaire de l’Alaska connaît sa réalité et celle de son équipe. Il sait qu’il n’est pas à l’abri d’un autre déplacement même s’il a un attachement sincère au CH et à la ville de Montréal.

À quelques heures de la visite des Oilers d’Edmonton au Centre Bell jeudi, Thompson a parlé de cette possibilité en entrevue au Journal.

«Oui, ça peut me traverser l’esprit de partir encore une fois, a répondu le centre. Je sais qu’on se rapprochera bientôt de la date limite des transactions (24 février). Mais j’ai assez d’expérience pour savoir que je ne contrôlerai pas mon sort. Ça ne me sert à rien de devenir nerveux.

«Je me concentrerai sur mon rôle avec le Canadien, a-t-il continué. Je veux jouer ici et faire partie de la solution pour aider l’équipe à recommencer à gagner. Je ne changerai pas mon approche. Pour moi, les rumeurs seront juste des bruits s’il devait y en avoir.»

Quand les Kings l’ont échangé en février 2018, ils occupaient le 27e rang au classement de la LNH. Quand les Sénateurs l’ont échangé en février 2019, ils occupaient le 29e rang. Le Canadien est au 26e rang. Un autre contexte propice à un départ.

Un vétéran fiable

Thompson n’a pas une grande valeur sur le marché, mais il représenterait quand même une prise intéressante pour une équipe à la recherche de profondeur au centre et d’un meneur dans le vestiaire.

L’an dernier, Marc Bergevin a sacrifié un choix de 4e tour au repêchage de 2019 pour acquérir Thompson et un choix de 5e tour au même encan. Bref, le CH avait simplement accepté de reculer de quelques rangs au repêchage.

Bergevin pourrait rentabiliser l’acquisition de Thompson en l’échangeant à nouveau pour un choix. Malgré ses 35 ans, il a participé aux 45 matchs du Tricolore cette année, récoltant 9 points (2 buts, 7 passes). Ses deux principales forces restent son jeu en infériorité numérique et sa fiabilité au cercle des mises en jeu (54%). Il s’agit de deux qualités recherchées en séries.

À un salaire d’un million, et joueur autonome sans compensation le 1er juillet prochain, Thompson ne représenterait aucun risque pour une équipe acheteuse à la date limite des transactions.

Pour le CH, un éventuel départ de Thompson permettrait à l’équipe d’utiliser Ryan Poehling au centre ou d’offrir quelques matchs à un autre espoir de l’organisation. Un centre comme Jake Evans n’a toujours pas obtenu d’audition à Montréal.

L’autre réalité

Depuis ses débuts dans la LNH, Thompson a fait partie de trois transactions et il a été réclamé à deux reprises au ballottage. Il s’y connaît donc en matière de faire ses bagages.

«Honnêtement, je crois que c’est plus difficile pour les familles et les femmes des joueurs, a-t-il mentionné. Quand je me suis fait échanger, j’avais juste à prendre une valise et mon équipement. Ma femme s’était occupée du déménagement, c’est plus complexe pour elle. Elle a fait plusieurs choses qui passent inaperçues pour le commun des mortels. Pour un joueur, tu penses juste à remplir ta valise et rencontrer tes nouveaux coéquipiers.»

Surnommé «Oncle Nate» par ses coéquipiers, Thompson a rapidement gagné le respect de ses coéquipiers depuis son arrivée à Montréal en février dernier. Claude Julien et Bergevin l’ont toujours décrit comme un bon modèle pour les plus jeunes joueurs de l’équipe. Et Thompson aime son rôle avec le CH.

«J’aime ça ici. C’est génial depuis mon arrivée à Montréal. J’aime l’équipe, j’aime la ville, j’aime mes coéquipiers. Je n’ai que de bons mots à dire sur le Canadien.»