/world/middleeast
Navigation

Avion abattu: Kiev demande des comptes, mais fait confiance à Téhéran

Avion abattu: Kiev demande des comptes, mais fait confiance à Téhéran
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Ukraine a exigé que l’Iran punisse les coupables et dédommage les victimes après son aveu d’avoir abattu un avion de ligne, mais elle s’est aussi dite satisfaite de l’ouverture de Téhéran et de son enquête. 

• À lire aussi - 176 victimes: l’Iran avoue avoir tiré sur l’avion par erreur 

• À lire aussi - Iran : le Boeing a été abattu sans ordre à cause d’un brouillage 

Le président Volodymyr Zelensky doit s’entretenir avec son homologue iranien Hassan Rohani à 17h, puis il s’adressera à la nation ukrainienne.  

Après trois jours de dénégations, Téhéran a reconnu avoir abattu, mercredi, le Boeing 737 de la compagnie Ukraine Airlines International (UAI), «une erreur impardonnable».  

Dans un message publié sur son compte Facebook peu après cet aveu, le chef de l’État ukrainien a martelé que Téhéran devait désormais s’assurer que justice soit rendue. 

«Nous attendons de l’Iran (...) que les coupables soient traduits en justice», qu'il y ait «le paiement de compensations» et «le retour des corps des victimes», a écrit M. Zelensky. 

Quelques heures plus tard, Kiev a souligné que les autorités iraniennes avaient fait preuve d’ouverture «depuis le début» en donnant toutes les informations nécessaires aux experts ukrainiens déployés sur place pour faire la lumière sur les circonstances de la catastrophe. 

«Prompte et objective» 

«Nos spécialistes en Iran ont eu accès à toutes les photos et vidéos et aux autres informations nécessaires pour analyser les processus en cours à Téhéran», a indiqué la présidence ukrainienne. 

«Nous avons suffisamment de données pour comprendre que l’enquête sera prompte et objective», a-t-elle ajouté. 

Le vol PS752 reliant Téhéran à Kiev a donc été abattu très vite après son décollage, dans un contexte de tensions militaires croissantes dans la région. Ce jour-là, l’Iran avait pris pour cible des bases hébergeant des soldats américains en Irak en représailles au raid ayant tué le général iranien Qassem Soleimani. 

Les 176 personnes à bord ont été tuées, essentiellement des Irano-Canadiens, mais aussi des Afghans, des Britanniques et des Suédois ainsi que onze Ukrainiens, dont neuf membres d’équipage. 

En 2002, un avion nolisé ukrainien effectuant un vol entre Kharkiv (centre de l’Ukraine) et Ispahan (centre de l’Iran) avait percuté une montagne sur le territoire iranien tuant les 44 personnes à bord, principalement employées ukrainiens et russes de l’avionneur Antonov.  

L’écrasement de mercredi est un traumatisme d’autant plus grand pour l’Ukraine qu’il lui rappelle la catastrophe du vol MH17 de Malaysia Airlines, qui s’est écrasé en 2014 au-dessus de la zone de conflit armé avec les séparatistes pro-russes dans l’est ukrainien, faisant 298 morts.  

Selon les enquêteurs internationaux, cet avion a été abattu par un missile BUK provenant de la 53e brigade antiaérienne russe, mais Moscou et les rebelles continuent de démentir toute responsabilité. 

«Jouer à la guerre» 

«L’Iran s’est avéré plus civilisé que la Russie. (...) Téhéran a reconnu sa culpabilité en trois jours, tandis que la Russie continue à tenter de se tirer d’affaire», a jugé sur Facebook le député ukrainien pro-occidental Volodymyr Ariev. 

La compagnie aérienne UAI a, pour sa part reproché, à Téhéran de ne pas avoir fermé l’aéroport de la capitale, à l’heure où l’Iran visait les troupes américaines en Irak. 

«C’est de l’irresponsabilité absolue. Vous voulez jouer à la guerre? Jouez-y, mais attention autour, il y a des civils! Ils étaient obligés de fermer l’aéroport! Obligés! Après, ils pouvaient tirer tant qu’ils le voulaient», s’est emporté lors d’une conférence de presse, samedi à Kiev, le vice-président de la compagnie, Igor Sosnovsky. 

Il a exigé des «aveux complets» de l’Iran, car aucune mesure de sécurité particulière n’avait été décrétée. «L’équipage (du Boeing) a agi en appliquant strictement les décisions du contrôleur aérien», a-t-il dit. 

«Malheureusement, notre avion s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment», a ajouté amèrement le patron de UAI, Ievgeniï Dykhné.