/sports/hockey/canadien
Navigation

«C'est un Ryan O'Reilly» – André Tourigny

«C'est un Ryan O'Reilly» – André Tourigny
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

André Tourigny est une tête de hockey pas piquée des vers. Celui qui vient de remporter l’or en tant qu’entraîneur adjoint avec Équipe Canada junior (ÉCJ) a accepté de partager ses impressions au sujet de quelques joueurs au journaliste de TVA Sports Louis Jean. 

Tourigny y est notamment allé d’une comparaison particulièrement élogieuse à l’endroit de Nick Suzuki. L’entraîneur-chef des 67 d’Ottawa a eu, par le passé, un accès privilégié à ses prouesses dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL). 

«Ce que j’ai toujours adoré de Suzuki, c’est son cerveau. C’est un Ryan O’Reilly. C’est un gars qui a des mains. Ce n’est pas le plus rapide. Il est intelligent. Il est capable de jouer à toutes les positions et il va bien paraître. Ce n’est pas un gars qui est super flashy», a-t-il noté. 

«C'est un Ryan O'Reilly» – André Tourigny
Dominic Chan / Agence QMI

Plus récemment, le Québécois était aux premières loges pour observer le prodige Alexis Lafrenière avec ÉCJ. Dans son évaluation, Tourigny ne s’arrête pas qu'au talent du jeune attaquant. 

«Ce qui est extraordinaire chez Alexis, c’est son authenticité, a-t-il mentionné. Il aime ça jouer au hockey. Pour lui, c’est une game. Il est passionné, il a tout le temps le sourire. Il saute partout. Il marque un but dans les entraînements et il est content. Il est contagieux. C’est dur d’avoir une mauvaise journée autour d’Alexis Lafrenière.» 

«Il a montré son talent, mais moi, ce qu’il m’a montré, c’est son "guts". Ce sera une richesse, et ce, peu importe l’équipe qui l’aura.» 

Quand vient le temps de se prêter au jeu des comparaisons avec les Connor McDavid et Auston Matthews, Tourigny mise évidemment sur la prudence. 

«Même si je [pensais] qu’il est meilleur qu’eux, je n’oserais pas le dire, parce que pour moi, c’est injuste de mettre de telles attentes sur les épaules d’un jeune de 17-18 ans. Il va être catalogué et à partir de là, tout ce qu’il peut faire, c’est décevoir», a-t-il expliqué. 

L’homme de hockey s’est aussi prononcé sur les récentes performances d’Anthony Duclair, qu’il croit maintenant près de son réel potentiel. 

«Anthony est un gars qui a toujours eu un talent exceptionnel, une vitesse exceptionnelle, a indiqué Tourigny. Ce qu’on voit présentement, c’est davantage un produit fini. Dans la vie, les courbes de progression des joueurs ne sont pas toutes identiques. Il y en a pour qui apprendre certaines choses demande plus de temps.» 

«Les gens parlent beaucoup de ce qui est arrivé à Columbus et de ce que [John] Tortorella a dit, mais ça, c’est une étape importante dans sa vie, a-t-il rappelé. Il a appris de ces choses-là, et ça, ça demande du caractère.» 

Retour dans la LNH? 

Reverra-t-on Tourigny derrière un banc de la Ligue nationale de hockey éventuellement? Le principal intéressé a offert une réponse pleine de bon sens. 

«Si t’as la chance de multiplier ton salaire par 10, ça t’intéresse-tu? Moi aussi, ça pourrait m’intéresser», a-t-il dit avec le sourire. 

«J’aime ça être dans un environnement où on peut améliorer les joueurs, où on peut amener les joueurs à leur plein potentiel et travailler en équipe, a-t-il nuancé. C’est ce que j’aime dans le coaching. Si aller dans la Ligue nationale, ça signifie avoir des bâtons dans les roues, ne pas pouvoir prendre de décisions et ne pas pouvoir faire les choses qui sont justes pour l’équipe, ça ne m’intéresse pas.»