/maisonextra
Navigation

Dommages associés à l’hiver: une protection adaptée et de la prévention

Dommages associés à l’hiver: une protection adaptée et de la prévention
Photo Shutterstock

Coup d'oeil sur cet article

Nos maisons et nos structures sont conçues pour affronter les aléas des hivers québécois. Pourtant, des toitures qui s’effondrent, de l’eau qui s’immisce, des tuyaux qui gèlent et qui cèdent, de la glace qui rend nos entrées périlleuses, bref, des dommages causés par le climat, il en arrive fréquemment! Savez-vous ce qui est couvert par votre contrat d’assurance habitation? Votre protection est-elle suffisante?  

Météo extrême, de plus en plus de dégâts 

Le climat change. C’est un fait. Si vous en doutez, parlez-en avec les assureurs de dommages. Ils sont aux premières loges pour en mesurer les effets. Du début des années 1980 jusqu’en 2008, le coût des dommages assurables associés aux catastrophes naturelles en habitation n’a jamais dépassé les 500 M$ annuellement. Depuis 2010, les compagnies d’assurances de dommages du pays ont, bon an mal an, versé des indemnités de plus de 1 G$ à leurs assurés en raison de dommages liés aux conditions météo. Du simple au double.  

En août 2019, le Bureau d’assurance du Canada confirmait qu’au Québec, les précipitations abondantes, les vents violents, la fonte des neiges et les inondations avaient coûté 292 M$, un bond de 165% par rapport à la même période, l’année précédente. Les risques associés au climat, particulièrement l’hiver, sont donc bien tangibles et entraînent des coûts souvent importants. Voilà pourquoi vous avez tout avantage à vous procurer une assurance adaptée.  

Tout n’est pas couvert!  

La police d’assurance de base couvre les risques suivants : les incendies, les explosions, la fumée, le vol et le vandalisme ainsi que les désastres naturels, comme les tornades, le vent, les ouragans et la grêle. Et les dégâts d’eau? Couverts par des protections optionnelles. Or, la cause la plus fréquente de sinistre est, justement, liée à l’eau. Pour être couvert en cas de refoulement d’égout, d’infiltration d’eau au sous-sol, d’infiltration d’eau par la toiture, vous devez ajouter des avenants à votre protection (Dommages d’eau – Eau du sol et égouts et Dommages d’eau – Eau au-dessus du sol) ou, mieux, opter pour une police d’assurance Tous risques, de loin la plus complète. Idem pour les dommages liés à l’affaissement de la toiture.  

Évidemment, plus la protection est étendue, plus la prime est élevée. À vous de mesurer s’il est préférable d’augmenter les franchises, c’est-à-dire les montants que vous assumerez personnellement en cas de dommages, ou d’assurer des risques spécifiques. Et magasinez! D’un assureur à l’autre, les primes peuvent varier de façon significative.  

La toiture: à surveiller de près 

Les accumulations de neige et de glace mettent la toiture à rude épreuve. Lorsque l’accumulation dépasse 60 cm (2 pi), il faut déneiger. Si possible, faites-le à partir du sol ou encore faites appel à un professionnel, qui sera mieux équipé pour le faire. Surveillez la formation de barrières de glace en bordure du toit. Elles se forment lorsque l’habitation dégage de la chaleur par le toit. La neige fond et l’eau qui se forme glisse vers le bas de la toiture, puis gèle. L’eau qui continue de se former ne peut plus s’écouler et s’infiltre dans les murs et les plafonds. Si vous constatez que le plafond se déforme, que des fissures apparaissent aux murs, que les portes ne ferment plus correctement, ne lésinez pas et faites évaluer la situation par un expert.  

Un mot sur les abris temporaires: à déneiger fréquemment. En plus de présenter des risques pour les voitures qui y sont stationnées, ils sont dangereux pour les personnes qui peuvent se trouver à l’intérieur.  

La tuyauterie: gare au gel!  

Si vous absentez quelques jours, ne coupez pas le chauffage, car l’eau dans les tuyaux risque de geler, les tuyaux peuvent se fendre et causer des dégâts. Par contre, si vous partez pendant une période assez longue, coupez l’eau et vidangez les tuyaux.  

Sachez que si votre assureur constate qu’un problème de tuyauterie «traîne» depuis longtemps et que le dégât résulte de votre négligence, il pourrait ne pas vous indemniser. Un tuyau qui fuit goutte par goutte depuis des mois ne laisse jamais présager du positif. Autant procéder rapidement aux correctifs.  

Les appareils de chauffage 

Vérifiez que vos appareils de chauffage, poêle à bois et autres fonctionnent correctement. Faites-les inspecter et entretenir. Faites ramoner votre cheminée régulièrement et installez un pare-étincelles. 

Votre assureur est-il au courant du fait que vous chauffez avec un appareil au bois? Sinon, déclarez-le. Votre prime augmentera, mais vous aurez l’esprit plus tranquille. Ce type d’installation augmente les risques d’incendie et votre prime le reflétera. Mais imaginez qu’un feu se déclare et que vous perdiez tout sans pouvoir être indemnisé. Ne jouez pas avec le feu!  

Piscine et spa: vulnérables, mais pas automatiquement couverts 

Le contrat de base en habitation ne couvre pas votre piscine hors terre ou votre spa. Ils sont vulnérables au gel et au dégel ainsi qu’à l’accumulation de neige. Si vous souhaitez qu’ils soient protégés, vous devez en faire la demande à votre assureur. Par ailleurs, pour éviter leur affaissement, vous souhaiterez peut-être prendre certaines précautions, notamment de les déneiger. Attention toutefois à ne pas y entrer: la glace ou la neige peut céder et ainsi endommager la toile.  

Assurance responsabilité civile: incontournable 

Vous devriez toujours prévoir une assurance responsabilité civile, qui vous couvre si des dommages sont causés par votre faute aux biens d’autrui. Un livreur qui tombe dans les marges de votre escalier glacé et qui se fracture une hanche. Un arbre qui cède après un épisode de verglas et qui tombe sur le garage du voisin. Un abri temporaire qui s’effondre lorsqu’un enfant s’y trouvait... C’est le genre d’événement qu’on souhaite à tout prix éviter, mais qui peut arriver malgré nos précautions et entraîner des poursuites en justice. Peu coûteux, ce type d’assurance est généralement assorti à vos assurances.  

Enfin, si vous ne savez pas ce qui est couvert et ce qui ne l’est pas, prenez un instant pour passer en revue votre contrat et pour évaluer s’il reflète les risques présents chez vous, la valeur des biens que vous possédez. Des doutes? Appelez votre assureur et passez le tout en revue avec lui.