/weekend
Navigation

Pleins feux sur la génération Z avec la nouvelle série-réalité «L’appartement»

WE 0111 DOSSIER TV
Gang de l'appartement @club illico
Photo courtoisie Pierre-Alexandre, Thomas, Loïc, Sarah-Maude et Shadlyne sont les cinq colocs de l’aventure L’appartement.

Coup d'oeil sur cet article

Ils ont de 19 à 22 ans, et ont comme point commun d’être ambitieux et d’avoir de grands projets de vie. Cinq jeunes, dont un futur humoriste et un trans qui vit les premières étapes de sa transformation, ont choisi de vivre les balbutiements de leur vie d’adulte pendant un an sous l’œil des caméras, dans le cadre de la nouvelle série-réalité, L’appartement. 

L’émission de Club Illico, qui sera diffusée dès le 16 janvier, suit le quotidien de cinq jeunes, tous issus de régions différentes, qui se déracinent de leur ville natale pour s’établir ensemble, dans le même appartement, à Montréal.  

Thomas débarque du Nouveau--Brunswick avec son bagage en art dramatique et souhaite enchaîner les open mic à Montréal pour faire sa place en humour. Loïc, de Granby, développe sa carrière en production vidéo tandis que la Sherbrookoise Sarah--Maude souhaite percer dans le milieu de la mode.  

Sur une note plus personnelle, Shadlyne, de Saint-Jean-sur-Richelieu, aimerait bien trouver l’amour, elle qui, à 19 ans, n’a jamais eu de copain, puisqu’elle a plutôt assumé un rôle de mère auprès de ses neuf frères et sœurs. 

Puis Pierre-Alexandre, de Lévis, est convaincu, depuis l’âge de huit ans, qu’il n’est pas né dans le bon corps. Il vivra toutes les étapes de sa transformation pour devenir une femme à l’écran, lui qui estime qu’il est plus facile de le faire à Montréal qu’en région.  

Représenter différemment 

Sans se connaître, les cinq jeunes choisis par la production ont emménagé ensemble le 5 août dernier. Pour cette première saison de 10 épisodes, le réalisateur Simon Sachel les a suivis jusqu’en décembre, à raison de trois à quatre jours de tournage par semaine. La deuxième saison sera tournée de janvier à avril.  

Simon Sachel s’y connaît en téléréalité. Après avoir réalisé Les Kult, Barmaids et Occupation double entre autres, il souhaitait mettre sous les projecteurs ces jeunes ambitieux et allumés qui forment la génération Z. 

« C’est souvent la même représentation des jeunes adultes qu’on a à l’écran, ceux qui veulent faire de la télévision et qui cherchent leurs 15 minutes de gloire, observe-t-il. Et je n’ai rien contre ça, car je l’ai fait, avec Barmaids, Occupation double, etc. (...) Je me suis dit : et si on montrait qu’il y a des jeunes dans la vie qui ont des objectifs forts ? Et c’est aussi divertissant que les histoires de cœur des autres téléréalités », estime-t-il.   

Une période riche 

À la base, il fallait que les gens qui s’inscrivent aient un vrai projet. « On en a vu des jeunes qui étaient là et qui auraient été super bons, mais en creusant un peu, on comprenait qu’ils n’avaient pas de projets », précise le réalisateur. 

Au premier épisode, on les voit s’apprivoiser et on apprend à les connaître à travers les discussions. « On n’a pas eu besoin de forcer les choses parce que c’est un âge où il se passe beaucoup de choses », soutient Simon Sachel, qui souhaite inspirer des téléspectateurs à partir de 16 ans.  

Et leur adaptation n’est pas de tout repos, même que « ça chauffe » à la fin de la série.  

« On voit leur réussite, des échecs qui font vraiment mal. À un moment donné, la maladie frappe un des membres de la famille d’un des jeunes. Shadlyne, elle, n’a jamais eu de chum, n’a jamais même embrassé un garçon. Ça la met dans une case à part. On pense qu’elle est seule au monde, mais ça existe de plus en plus. Elle va essayer de se découvrir là-dedans---. C’est beau de le voir à l’écran. » 

L’appartement sera diffusé sur Club Illico dès le 16 janvier.