/weekend
Navigation

Un inédit de Tanizaki

Dans l'oeil du démon
Photo courtoisie Dans l’œil du démon
Jun’ichiro Tanizaki
Aux Éditions Picquier
136 pages

Coup d'oeil sur cet article

Installant rapidement une atmosphère pleine de mystères, ce court roman signé Jun’ichiro Tanizaki permet de passer une très agréable soirée!  

Avoir la chance de pouvoir lire en 2020 un inédit de Jun’ichirō Tanizaki, grand écrivain japonais du XXe siècle à qui on doit entre autres Quatre sœurs (un chef-d’œuvre !), Un amour insensé, La confession impudique ou Journal d’un vieux fou, relève presque du miracle. Rédigé en 1918, Dans l’œil du démon nous entraîne ainsi dans un Tokyo qui n’existe plus. Un Tokyo où on écrit encore au stylographe, où on ne se déplace qu’en tramway et où on commence à peine à voir surgir ici et là des salles de cinématographe.  

Sonomura, jeune homme oisif issu d’une famille extrêmement aisée, en est d’ailleurs féru et pas une semaine ne passe sans qu’il n’aille voir un nouveau film. Or, au cours de l’une de ces soirées, il trouvera par terre un message en langage codé...  

Rendez-vous avec la mort  

Ici, on va peut-être un peu vite en besogne, car le vrai héros du livre est Takahashi. Qui commence sérieusement à penser que Sonomura, son meilleur ami, est en train de perdre la boule. Sinon, comment expliquer l’étrange coup de fil qu’il lui a passé pour lui demander de venir le rejoindre dès que possible parce qu’un meurtre va être commis quelque part à Tokyo au milieu de la nuit ? Plus inquiétant encore, il veut absolument y assister et tient mordicus à ce que Takahashi l’accompagne...  

Même si ce roman n’a rien d’un polar, il ne se lit pas sans frissons. Et malgré son petit côté suranné, il se révélera étonnamment divertissant.    

À lire aussi cette semaine  

PÉQUENOTS  

Harry Crews<br/>
Aux Éditions Finitude<br/>
320 pages
Photo courtoisie
Harry Crews
Aux Éditions Finitude
320 pages

Harry Crews est mort en 2012 à Gainesville, Floride. Et côté romans, c’est dans les années 1970 qu’il a été le plus actif. La malédiction du gitan, écrit en 1974 et traduit en 1993, a d’ailleurs longtemps fait partie de nos gros coups de cœur. Mais aux États-Unis, Crews s’est surtout illustré avec les articles qu’il a rédigés pour Esquire ou Playboy. Ce livre en regroupe plusieurs et encore une fois, on a eu du mal à résister à l’ambiance glauque et au ton souvent railleur de ses histoires.    

CARTOMANIA  

E. Didal<br/>
Aux Éditions de La Martinière<br/>
240 pages
Photo courtoisie
E. Didal
Aux Éditions de La Martinière
240 pages

Le genre de livre qu’on commence à feuilleter par simple curiosité et qu’on referme deux ou trois heures plus tard, tout surpris de ne pas avoir vu le temps passer ! On pourra entre autres y découvrir la liste des épidémies les plus meurtrières, celle des plus hauts sommets du monde, celle des principales espèces animales menacées ou récemment disparues, celle des pays les plus riches, celle des constructions humaines les plus remarquables, etc. Oui, aussi intéressant que divertissant !   

LE BOUQUIN DE LA MODE  

Collectif<br/>
Aux Éditions Robert Laffont<br/>
1280 pages
Photo courtoisie
Collectif
Aux Éditions Robert Laffont
1280 pages

Depuis l’époque d’Adam et Ève, les humains n’ont pas hésité à abandonner l’idée de se balader partout tout nus. Des pourpoints en peau de loutre aux somptueuses robes d’apparat dessinées par Charles Frederick Worth ou Christian Lacroix, ce pavé imprimé sur papier bible raconte ainsi plus de 2000 ans d’histoire. Une entreprise culottée, qui dévoile tous les dessous de l’évolution du vêtement.   

AGENDA DU FRANÇAIS PRATIQUE 2020  

Liliane Michaud<br/>Aux Éditions Québec Amérique<br/>192 pages
Photo courtoisie
Liliane Michaud
Aux Éditions Québec Amérique
192 pages

Un classique dont on ne peut s’empêcher de parler. Parce qu’en plus d’être très utile pour nous aider à organiser journées ou semaines, il nous donne quelques petites leçons de français bien méritées. Au fil des pages, on devra par exemple trouver le pluriel du nom va-et-vient, trancher entre quelques fois et quelquefois ou accorder correctement quantité de participes passés. Pour s’améliorer à l’écrit, il n’y a pas mieux !  

Frissons garantis  

MON TERRITOIRE  

<b><i>Mon territoire</i></b><br/>
Tess Sharpe<br/>
Aux Éditions Sonatine<br/>
556 pages
Photo courtoisie
Mon territoire
Tess Sharpe
Aux Éditions Sonatine
556 pages

Ouhhh qu’on l’a aimé, ce livre-là ! C’est sûr, tout le monde n’a pas la chance de naître dans une bonne et gentille famille. Mais Harley McKenna, elle, a probablement récolté le pompon : un père trafiquant de drogues qui, grâce à la violence, a fondé un vaste empire dans le nord de la Californie, et une mère assassinée sous ses yeux lorsqu’elle n’avait que huit ans. Avec pareil foyer, on comprendra facilement pourquoi Harley a appris très jeune à tirer avec n’importe quelle arme... et à se tirer de toutes les situations. Car un jour, c’est elle qui prendra la place de l’impitoyable Duke McKenna.  

La fin de la trêve  

Dans l’intervalle, Harley fait les recouvrements et prend soin du Ruby, un motel dont les 40 cottages accueillent toutes les femmes violentées de la région. Des tâches qui l’occupent à plein temps, surtout lorsque l’une de ces femmes – plus communément appelées les Rubinettes ! – a le malheur de tomber entre les mains de Carl Springfield. L’homme qui a tué la mère de Harley, et qui a aussi juré de tuer la fille.   

Tant que Duke veille, rien ne pourra arriver à Harley. Mais depuis quelque temps, il s’absente de plus en plus souvent au Mexique et Harley va très bientôt devoir se préparer à affronter le pire. Vraiment, une super histoire !