/misc
Navigation

Un rendement supérieur à la moyenne

0111 Campeau
Photo courtoisie Jean-Denis Lefrançois et son cousin Robert ont obtenu un taux de succès de 85 % au cours des 42 dernières années. À gauche, Jonathan Lefrançois et Richard Tremblay chassent maintenant avec ces chics types.

Coup d'oeil sur cet article

Il existe une foule d’endroits qui offrent un potentiel intéressant pour la chasse à l’orignal. 

Lorsqu’on regarde et analyse les statistiques de prélèvement d’un site, comme la réserve faunique La Vérendrye qui affiche un taux de succès de 40 %, on les trouve habituellement moins attrayantes que celles des lieux comme les Sépaq Rimouski, Matane et Chic-Chocs. 

Un beau groupe 

Jean-Denis Lefrançois, son cousin Robert et leur ami Normand Boyer chassent le roi de la forêt depuis maintenant 42 ans dans La Vérendrye. Ces passionnés de St-Rémi-de-Napierville ont intercepté 36 spécimens au fil de ces quatre décennies, dont plus d’une dizaine arborant des panaches de plus de 40 pouces (101 cm). Cela représente un incroyable taux de succès de 85 %. 

Ces joyeux lurons se souviennent de leur première visite en 1978. Ils s’étaient alors basés sur les résultats publiés pour choisir cet endroit. Ils avaient auparavant essayé des zecs et des pourvoiries sans obtenir les résultats escomptés.  

Comme le dit Jean-Denis, mieux connu sous le nom de M. Tomate, « les premières années qu’on est venu ici, on ne connaissait aucune bonne technique de chasse ». Le groupe se remémore comme si c’était hier d’un gros buck qui s’était présenté après les heures légales. « Il avait été charmé par nos calls et les odeurs d’urine que nous avions laissés sur une guenille. Il avait tout saccagé sur son passage. Même si on ne l’a pas pogné, nous, on a attrapé la piqûre » précisait Robert. 

Lors de notre séjour dans la zone 61, en septembre, nous avons intercepté ce très beau spécimen. Il s’agissait de notre sixième orignal à être capturé lors de nos six dernières excursions échelonnées sur une période de 11 ans dans La Vérendrye.
Photo courtoisie
Lors de notre séjour dans la zone 61, en septembre, nous avons intercepté ce très beau spécimen. Il s’agissait de notre sixième orignal à être capturé lors de nos six dernières excursions échelonnées sur une période de 11 ans dans La Vérendrye.

Saisons suivantes 

Étonnés et épatés par le scénario de l’année précédente, ils rappliquent tous au tirage au sort et ils sont choisis pour la zone 35. Conscients de leur manque d’expérience, ils retiennent les services d’un guide. Imaginez, avant même d’installer leur campement, ils interceptent une femelle. Leur passion prend alors une dimension encore plus soutenue. 

Au cours des années qui ont suivi, ils ont pourchassé les orignaux dans près d’une vingtaine de zones, dont certaines à répétition. 

Fidèle au poste 

Bien qu’ils aient chassé ailleurs au fil des temps, ils reviennent depuis toujours dans La Vérendrye, car cet immense terrain de jeu propose d’incroyables défis. « Si vous êtes un amateur qui se balade uniquement sur les chemins de bois, vous aurez peu d’opportunité de dépasser le fameux 40 % qu’affiche la réserve.  

Si vous vous immiscez en revanche dans l’arrière boisé, GPS en main ou avec une boussole et une carte comme à l’époque, vos chances de récolte seront vraiment meilleures » expliquait Jean-Denis avec un air franchement convaincu. Tout le groupe s’entend pour dire que la chasse y est difficile, qu’il faut travailler fort pour débusquer les bêtes, mais que les efforts investis rapportent très souvent d’excellents dividendes. 

« Comme partout ailleurs, une bonne prospection s’impose pour mieux connaître la zone attitrée », ajoutait Jonathan, fils de Jean-Denis, qui les accompagne depuis maintenant 16 ans. 

Le dernier venu dans le groupe, Richard Tremblay, précisait : « Nous ciblons principalement les marécages et les petits lacs ». 

Le site 

La réserve de La Vérendrye s’étend sur plus de 12 589 km2. Elle est située à trois heures au nord de Montréal. 

Les heureux gagnants du tirage au sort qui se déroulera dans quelques jours, soit le 15 janvier, pourront exploiter une des 52 zones d’une superficie moyenne de 200 km2. 

La clientèle pourra opter pour différents forfaits avec hébergement en chalet ou en camping lors de leur excursion de 5 à 7 jours qui se déroulera du 7 septembre au 7 octobre. 

Les nemrods voulant maximiser leurs chances peuvent venir prospecter à deux reprises gratuitement en camping.


Pour en savoir plus, composez le 819 438-2017 ou visitez le www.sepaq.com/laverendrye. Si vous désirez participer au tirage au sort avant le 15 janvier, inscrivez-vous à www.sepaq.com/tirages. 


Je vous invite à me suivre sur Facebook.