/opinion/columnists
Navigation

Une société en désintox

US-ENTERTAINMENT-FILM-TELEVISION-GOLDEN-GLOBES-ARRIVALS
Photo AFP Gwyneth Paltrow

Coup d'oeil sur cet article

Discussion avec ma blonde, hier à QUB Radio, sur Gwyneth Paltrow et l’industrie du bien-être — les crèmes, les huiles, les encens et tous les gadgets new-age (comme le « vaporisateur de vagins », vendu par Goop, l’entreprise de Gwyneth) destinés à nous faire « sentir mieux dans notre corps et dans notre tête ». 

« Les gens comme Gwyneth Paltrow sont obsédés par le concept de désintox, de dire Sophie, par l’idée d’avoir un corps pur, débarrassé de toute toxine... » 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

L’ESCOUADE PURELL 

Vous ne trouvez pas que c’est ce que tentent de faire les adeptes de la rectitude politique ? 

Nous débarrasser des mauvaises pensées, récurer le discours public jusqu’à ce qu’il brille comme un sou neuf et sente le savon ? 

Ils sont au corps social ce que Gwyneth et ses amis sont au corps biologique : des « chasseurs de toxines », obsédés par la pureté. 

Tout doit être propre, astiqué, décrotté. 

Une personnalité publique ose tenir des propos qui pourraient corrompre les âmes pures et innocentes ? 

Vite, l’escouade Purell se pointe et tente de le faire taire ! 

Mathieu Bock-Côté est censé prononcer une conférence à l’UQAM et l’aile jeunesse de la CAQ veut installer un kiosque d’information à l’Université de Montréal ? 

Ta-dam ! 

Les Swiffers de la pensée, les Misters Clean du discours public et les Lysol de l’idéologie débarquent avec leurs moppes et leurs chiffons ! 

Cinq minutes et il ne reste plus rien ! 

Madame Blancheville a tout nettoyé ! 

Pendant que Gwyneth se vaporise le schtroumpif, histoire d’avoir un « intérieur » étincelant, nos amis rincent, lessivent, époussettent et débarbouillent nos bibliothèques, nos salles de spectacles et nos institutions d’enseignement ! 

Ça va briller, mesdames et messieurs ! Ça va sentir bon ! 

LA BELLE-MÈRE D’AURORE 

Prochaine étape : « récurer » la langue française afin d’empêcher la formation de pensées impropres à la consommation.   

« Nationalisme » veut maintenant dire « xénophobie ». 

« Laïcité » veut dire « intolérance ». 

Et « homme » veut dire « exploiteur ». 

Vous verrez, dans quelques années, les enfants seront incapables d’émettre le moindre propos un tant soit peu controversé. 

Tout le monde va penser pareil ! 

Comme la belle-mère d’Aurore l’enfant martyre, les « guerriers de la justice sociale » vont nous laver la langue avec du savon à la moindre faute ! 

Allez, répétez après moi : on ne dit plus « attaque terroriste », mais « incident ». 

On ne dit plus « minorités », mais « victimes ». 

Et le mot « islamiste » ne vise plus seulement les radicaux et les extrémistes, il vise la communauté musulmane au grand complet et doit donc être rayé de notre vocabulaire sous prétexte qu’il encourage les amalgames. 

Quant aux mots « masculin » et « féminin », ils n’existent plus. 

On dit « Quelle heure est-elle ? » et « Bonne personne de neige ». 

UN PÉRIL SOURNOIS 

« L’intégrisme est le nouveau péril, d’autant plus sournois qu’il se présente comme une volonté de pureté », écrivait Bernard-Henri Lévy dans La Pureté dangereuse

C’était en 1994. 

Vingt-six ans plus tard, on y est. 

Les purificateurs sont à nos portes. Prêts à nous récurer le cerveau. 

Édito de Richard Martineau