/sports/football/alouettes
Navigation

Jones dans une position particulière

SPO-Alouettes vs Hamilton Tiger-Cats
Photo d'archives, Agence QMI L’entraîneur-chef des Alouettes, Khari Jones, devra composer avec le nouveau directeur général Danny Maciocia.

Coup d'oeil sur cet article

Les Alouettes officialiseront l’entrée de scène de Mario Cecchini et de Danny Maciocia à titre de président et de directeur général lundi matin lors d’une conférence de presse.  

Un baume sur le fait que l’équipe montréalaise est maintenant la propriété des Ontariens Gary Stern et Sid Spiegel. C’est rassurant de voir deux Québécois à des positions-clés.    

Celui qui est dans une position particulière, c’est l’entraîneur-chef Khari Jones. Il pensait qu’il pourrait compter sur l’appui de Patrick Boivin au sein d’un nouvel organigramme, mais celui-ci a été congédié quelques semaines après lui avoir accordé un nouveau pacte de trois ans. Il n’est pas le candidat choisi par Maciocia. J’ai très hâte de voir comment le mariage entre les deux hommes va se dérouler. Un mariage arrangé, dans le sport professionnel, n’est pas toujours gage de succès.    

Comme tous les entraîneurs dans le sport professionnel, Jones devra avoir du succès. L’an dernier, dans des circonstances particulières, il est parvenu à amener son équipe à une première participation aux éliminatoires depuis 2014.    

En 2020, les attentes seront plus élevées. Le propriétaire Gary Stern a déjà annoncé ses couleurs alors qu’il veut une coupe Grey. On peut penser que Maciocia fixera le même objectif à son entraîneur. C’est sûr qu’il y aura une période d’adaptation entre Maciocia et Jones. Il y aura des irritants. On verra comment ils les régleront.    

L’ombre de Thorpe  

Comme l’a rapporté mon collègue Charles-Antoine Sinotte, Maciocia souhaitait avoir un droit de regard sur l’équipe d’entraîneurs qui a été complétée la semaine dernière. C’est particulier, mais c’est tout à fait normal.    

Étant donné que les dossiers de la vente et des nominations traînaient en longueur, Jones ne voulait pas échapper de bons candidats et il est allé de l’avant. Pour démarrer sa préparation pour la campagne 2020, il voulait un personnel complet.    

Maciocia a la réputation d’avoir une poigne de fer et de vouloir le contrôle dans tous les départements qui le concernent. Je ne serais pas surpris de le voir apporter des changements d’ici la fin du mois.    

J’ai un nom en tête. Celui du coordonnateur défensif Bob Slowik. J’ai été surpris de le voir revenir chez les Alouettes en raison des piètres statistiques défensives et de la déconfiture de son unité contre Edmonton en demi-finale de l’Est.    

Je ne serais pas surpris de voir le bon ami de Maciocia Noel Thorpe revenir dans le nid. Du même coup, le Montréalais s’assurerait d’avoir des oreilles au sein du groupe d’entraîneurs et dans le vestiaire.    

Remplacer Stanback  

La première mission de Maciocia sera de remplacer le porteur de ballon William Stanback, qui a signé un contrat dans la NFL. Et elle est importante. On ne remplace pas un joueur qui a amassé 1000 verges par la course en claquant des doigts. L’an dernier, l’attaque des Alouettes a connu du succès parce qu’elle était balancée. Ça commence par une bonne attaque au sol. Même dans la LCF.    

Gallagher est revenu trop vite   

Brendan Gallagher
Photo Pierre-Paul Poulin
Brendan Gallagher

Est-ce que Gallagher en a passé une petite vite aux médecins du Canadien au sujet de sa commotion cérébrale ? C’est possible. Après avoir raté quatre matchs, il les a convaincus qu’il pouvait revenir au jeu. C’est à l’image du petit guerrier qu’on a toujours connu. Par contre, il a recommencé à avoir des maux de tête après une chute avec un officiel. Ce n’était pas sa première commotion en carrière. Si j’étais le Canadien, je prendrais toutes les précautions nécessaires avant de lui faire signer un contrat à long terme et plusieurs millions à la clé.    

Deslauriers fait cavalier seul   

Nicolas Deslauriers
Photo d'archives, AFP
Nicolas Deslauriers

Les bagarres sont de plus en rares dans la LNH. Le circuit Bettman serait sur le point de les interdire dans un avenir rapproché. Ça n’empêche pas le Québécois Nicolas Deslauriers de laisser tomber les gants sur une base régulière. Il est le joueur qui compte le plus de combats depuis le début de la saison avec 10, son année la plus chargée en la matière. Son entraîneur Dallas Eakins ne lui passe pas de commande. C’est de cette façon qu’il va demeurer dans l’alignement et il le sait bien. Dommage, car il est capable de tenir son bout sur le plan hockey.    

Pas de chance à prendre pour Bianca   

Bianca Andreescu
Photo d'archives, AFP
Bianca Andreescu

Bianca Andreescu ne sera pas aux Internationaux d’Australie. C’est dommage, mais c’est la bonne décision. Son corps, surtout son genou, a encore besoin d’un peu de repos. La décision a été prise il y a quelques semaines alors que son équipe voyait que sa blessure prenait plus de temps à guérir que prévu. La saison de tennis est longue et Andreescu le sait très bien. Pour livrer des performances à son niveau de l’an dernier, l’Ontarienne a besoin d’être en santé.    

Aucoin mérite le respect   

Derek Aucoin
Photo d'archives, Agence QMI
Derek Aucoin

Nouveau traitement pour Derek Aucoin. Il voulait fêter le tout avec sa femme Isabelle et son fils Dawson dans un restaurant. Comme toutes les petites victoires des derniers mois. Toutefois, des gens assis à côté du trio ont fait des commentaires désobligeants sur l’ancien lanceur du baseball majeur selon un message d’Isabelle publié sur Facebook. Ce type de situation m’enrage. Aucoin se bat pour sa vie et il fait tout pour la prolonger. Et ça comporte des sorties avec des trucs un peu bizarres sur la tête. Un peu de respect pour ce sympathique guerrier svp.