/news/currentevents
Navigation

Un triangle amoureux à l’origine d’un meurtre

L’accusé soupçonnait sa conjointe et la victime d’avoir une liaison amoureuse

meurtre
Photo Cédérick Caron Accusé de meurtre prémédité, Jose Luis Chavez Chino est arrivé au palais de justice de Saint-Jérôme escorté par deux enquêteurs des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME | Un triangle amoureux d’ex-collègues de Bombardier serait à l’origine du meurtre d’un ingénieur mexicain retrouvé ensanglanté au volant de sa voiture le mois dernier dans le stationnement d’un centre commercial.

• À lire aussi: Une perquisition en lien avec un meurtre 

Jose Luis Chavez Chino, 42 ans, a formellement été accusé de meurtre prémédité lundi après-midi au palais de justice de Saint-Jérôme.

Chavez Cino alors qu’il travaillait chez Bombardier.
Photo Facebook
Chavez Cino alors qu’il travaillait chez Bombardier.

Selon la police, l’homme aurait poignardé à mort Arturo Morales de Paz, découvert le 18 décembre dans sa voiture.

La petite Mazda2 était garée dans le stationnement d’un supermarché du boulevard Curé-Labelle, à Rosemère, sur la Rive-Nord.

meurtre
Photo d'archives, Agence QMI (Erik Peters)

D’après nos informations, Chavez Chino croyait que la victime avait une relation avec sa conjointe. Au cours des dernières années, l’accusé, sa conjointe et la victime auraient tous travaillé pour Bombardier.

Chavez Chino et Morales de Paz se connaissaient depuis qu’ils avaient été collègues à l’usine de Bombardier à Querétaro, au Mexique, ont indiqué nos sources.

La victime de 33 ans était ingénieur pour Airbus à Mirabel depuis que l’entreprise avait racheté le modèle d’ avion C Series.

L’avocat de Chavez Chino, James Dawson, a précisé que son client était maintenant à l’emploi d’une autre entreprise d’aéronautique.

Il était calme

La comparution de Jose Luis Chavez Chino devant le juge a duré moins de deux minutes. 

Menotté aux poignets et aux chevilles, il paraissait calme et a écouté sans broncher.

Le tout s’est déroulé sous le regard de sa conjointe présente dans la salle. Elle était accompagnée de deux proches.

Dimanche, les enquêteurs des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec ont perquisitionné pendant une bonne partie de la journée dans la résidence de l’accusé, située boulevard Céleron à Blainville.

La résidence, que l’accusé et sa conjointe louent, se trouve à 11 kilomètres de l’endroit où le corps de la victime a été retrouvé.

La semaine dernière, une perquisition avait aussi eu lieu dans un centre commercial près du domicile de Chavez Chino.

meurtre
Photo Cédérick Caron

Mort déconcertante

C’est par l’entremise des réseaux sociaux que le frère d’Arturo Morales de Paz a appris que l’homme suspecté de l’avoir tué avait été arrêté.

« Cela ne rendra pas la vie à mon frère, mais nous sommes soulagés parce que nous nous disons que justice sera faite et que les autorités ont fait leur travail de manière responsable », a réagi Roberto Morales de Paz lorsque contacté par Le Journal.

« Sa mort a été déconcertante pour toute la famille, car nous savions qu’il était concentré sur son travail, et il s’améliorait chaque jour », a-t-il ajouté.


► Le mois dernier, des proches d’Arturo Morales de Paz avaient lancé une campagne de sociofinancement afin d’amasser des fonds pour que sa dépouille soit rapatriée au Mexique. En tout, 21 155 $ ont été récoltés. La conjointe de l’accusé avait annoncé la campagne sur sa page Facebook.