/world/europe
Navigation

Puigdemont prend son siège au Parlement et dénonce la violation de l'État de droit par Madrid

Puigdemont prend son siège au Parlement et dénonce la violation de l'État de droit par Madrid
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Espagne «ne respecte plus l’État de droit» de l’Union européenne, a dénoncé, lundi, l’ancien président indépendantiste catalan Carles Puigdemont, en pénétrant pour la première fois au Parlement européen à Strasbourg pour prendre son siège d’eurodéputé. 

«La crise catalane a un impact direct sur les fondements de l’Union européenne. (...) C’est le moment que l’Union européenne s’engage», a déclaré Carles Puigdemont, en critiquant l’absence d’Oriol Junqueras, le vice-président indépendantiste emprisonné en Espagne, à qui le Parlement européen a retiré son mandat d’eurodéputé. 

«Si l’Union européenne était vraiment un espace d’union, de liberté et de droit, aujourd’hui, Oriol Junqueras devrait être avec nous, parce qu’il a le même droit que nous, il a reçu plus d’un million de voix. Mais cette liberté n’est pas respectée», a-t-il déploré au cours d’un point de presse avec Toni Comin, également élu député européen et qui, comme lui, a fui à Bruxelles pour échapper à la justice espagnole après la tentative de sécession de la Catalogne en 2017. 

Resté en Catalogne, Oriol Junqueras, ancien numéro deux du gouvernement catalan et membre d’un autre parti indépendantiste que Puigdemont, a été condamné en octobre à 13 ans de prison et d’inéligibilité pour sédition et détournement de fonds.  

En décembre, la cour de justice de l’UE, saisie par l’Espagne, avant sa condamnation, avait estimé qu’il bénéficiait d’une immunité depuis le jour de son élection au Parlement européen. 

Mais le 3 janvier, la Commission électorale espagnole lui a retiré son mandat de député européen. Cette décision a été confirmée, jeudi, par la Cour suprême à Madrid et le Parlement européen lui a retiré son mandat vendredi. 

Jamais condamnés en Espagne, où ils ne sont pas retournés depuis 2017, Carles Puigdemont et Toni Comin se sont basés sur cette reconnaissance d’immunité pour venir, pour la première fois, occuper leur siège d’eurodéputé lors d’une session plénière. 

Un juge espagnol a demandé vendredi au Parlement européen de suspendre leur immunité. Les deux élus indépendantistes sont, par ailleurs, sous le coup d’un mandat d’arrêt. 

«Je n’ai pas peur d’être extradé par les autorités françaises», a affirmé Carles Puigdemont. 

Les deux élus ont été accueillis à leur arrivée devant le bâtiment par quelques centaines de partisans indépendantistes, agitant des drapeaux catalans. 

«C’est un jour de célébration et de revendication», a déclaré l’actuel président de la Catalogne, Quim Torra, venu spécialement à Strasbourg.