/sports/hockey
Navigation

Un ennemi juré du CH s'intéresserait à Ilya Kovalchuk

Le Bruins de Boston s'intéresseraient à Ilya Kovalchuk.
Photo Martin Chevalier Le Bruins de Boston s'intéresseraient à Ilya Kovalchuk.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien de Montréal a été la seule équipe décidée à embaucher Ilya Kovalchuk après sa libération des Kings de Los Angeles. Mais au moins une autre formation a aussi exprimé son intérêt.  

Dans sa récente chronique, le journaliste du site The Athletic Pierre LeBrun rapporte que les Bruins de Boston ont contacté le camp de l’ailier russe dans les heures qui ont suivi son départ de l’organisation californienne.  

D’après le chroniqueur chevronné, le directeur général Don Sweeney n’était pas prêt à lui offrir un contrat à ce moment-là, mais il pourrait revoir ses plans d’ici la date limite des transactions, le 24 février.  

Selon LeBrun, le CH pourrait obtenir au moins un choix de quatrième tour en retour du droitier, mais le prix pourrait augmenter s’il continue de produire. Avant les rencontres de lundi soir, «Kovy» avait récolté quatre points en autant de matchs.  

Le Canadien rendrait-il service à leurs rivaux éternels de la Section atlantique en vue des séries éliminatoires? Ce serait pour le moins étonnant qu’ils les accommodent, quoique rien n’est impossible si l’offre est intéressante.  

Le directeur général Marc Bergevin avait consenti au patineur de 36 ans un pacte à deux volets au salaire minimum (700 000$), le 3 janvier dernier. Cette entente viendra à échéance le 1er juillet prochain.  

Jeff Petry en demande?  

Par ailleurs, si le Tricolore continue de chuter au classement, Bergevin pourrait entamer une «vente de feu» pour faire le plein de choix au repêchage.  

«Je pense que la direction prendra plus ou moins sa décision la semaine du 20 janvier, à savoir comment procéder pour le reste de la saison, notamment la date limite des échanges», a-t-il écrit.  

Si les noms de certains vétérans comme le gardien Carey Price ou le défenseur Shea Weber ont déjà été identifiés comme monnaie d’échange possible, LeBrun a soulevé la possibilité que Jeff Petry suscite l’intérêt d’une formation qui aspire aux grands honneurs.  

Il restera une année de contrat au défenseur après la présente campagne. Le droitier est un pilier dans une brigade défensive qui en arrache.  

«Je ne crois pas qu’il est un joueur dont Montréal aimerait se départir, a indiqué LeBrun.  

«Je pense également que le Tricolore doit sortir de sa zone de confort et envisager des scénarios qu'il n'aurait pas imaginés il y a un mois alors qu'il était dans la course aux séries.»  

Petry est le deuxième meilleur passeur des siens, cette saison, avec 21 aides.

À VOIR ÉGALEMENT...