/lifestyle/beautyfashion
Navigation

Dans la garde-robe de... Lydia Bouchard

Coup d'oeil sur cet article

J’ai découvert Lydia Bouchard dans son rôle de maître de la danse à l’émission Révolution. J’ai tout de suite été charmé par sa personnalité et son style décalé. J’ai encore en mémoire son blouson de collégien agencé à un tutu rose ou encore un t-shirt de dentelle glissé sous une robe nuisette coordonnée à des Dr. Martens. « J’ai eu beaucoup de plaisir à composer mes tenues pour les deux saisons de l’émission. Ma styliste, Mélanie Brisson, a déniché une variété de pièces, tantôt vintage, tantôt griffées, qui l’inspiraient, et je les ai associées au fil des enregistrements, au gré de mes humeurs. J’étais parfois bohème, punk ou éclectique », explique Lydia.

Il faut souligner que sa formation de danseuse teinte son style. « Le critère le plus important lorsque je porte un vêtement, c’est que je puisse lever la jambe haut, très haut ! Et la pièce ne doit aucunement me serrer, me piquer et gratter », précise-t-elle en lançant sa jambe droite près de son oreille (voilà un boyfriend jean lacéré qui a reçu le sceau d’approbation).

La silhouette générale revêt aussi son importance. « Je remarque tout de suite la ligne du vêtement. Il doit absolument allonger le corps. Du haut de mes 5 pi 3 po », je sais donner l’impression de mesurer 5 pi 7 po » ! Le mouvement d’un vêtement magnifie un look, c’est pour cette raison que j’ai un faible pour tout ce qui est kimono, peignoir ou trench », ajoute-t-elle.

Outre ses nombreux projets, elle signe un premier roman, S’envoler, presque, qui paraît en réédition cette semaine. « Alors que j’étais danseuse, l’écriture était devenue un exutoire créatif qui occupait mes temps libres. Aujourd’hui, la mise en scène prend toute la place. Je ne dis pas non à un deuxième roman, mais tout comme le premier, une idée devra germer et ainsi je la coucherai sur une première page, puis une deuxième... » reflète la chorégraphe.

Photo Chantal Poirier

À l’agenda de Lydia

  • La réédition de son roman S’envoler, presque (Éditions Petit homme) débarque en librairie le 15 janvier 2020. 
  • Elle signe la mise en scène d’Hommage aux divas québécoises, le sixième opus de la Série hommage du Cirque du Soleil, présenté du 15 juillet au 15 août 2020 à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières. 
  • Les danseurs de Révolution sont en tournée au Québec. Info : revolutionentournee.com
Photo Chantal Poirier
  • T-shirt URBAN OUTFITTERS
  • Trench ZARA
  • Ceinture et pantalon FRIPERIE
  • Bottillons PALLADIUM

« Mes Palladiums sont mes bottes lorsque je fais de la chorégraphie et de la mise en scène. Elles sont super confortables et souples, me permettant de bouger avec aisance », précise-t-elle. « Quand j’ai aperçu ce trench dans la boutique, je l’ai enfilé et je me suis mise à danser. Son mouvement m’a conquise ! » explique Lydia.

Photo Chantal Poirier
  • Kimono FREE PEOPLE
  • Camisole ANTHROPOLOGIE
  • Jean ZARA
  • Bottillons FLUEVOG

« Ce kimono est la pièce que je possède depuis le plus longtemps. Je le porte avec tout et en toutes circonstances. Cet agencement serait parfait pour une soirée. J’adore le mélange de matières, le mix des styles, et, encore une fois, le mouvement qui s’en dégage », énumère Lydia.

Photo Chantal Poirier
  • Perfecto PELECHECOCO
  • Robe VERA WANG
  • Sandales ZARA 

« C’est en voyant cette photo de Mario Testino mettant en vedette la mannequin Natalia Vodianova dans le magazine Vogue US (nov. 2008) que j’ai craqué pour cette robe. Il me la fallait absolument. Elle est encore plus belle en vrai. Le mouvement et la coupe sont superbes. Ce fut ma tenue pour le mariage de mon frère », raconte Lydia.

Photo Chantal Poirier

« Je n’ai jamais acheté un sac à main neuf. Au fil des années, j’ai amassé une belle collection de pièces vintage que je m’amuse à sortir pour compléter mes tenues. Ils sont le statement, affirme-t-elle. Cette bague art déco des années 1920, que je porte à mon majeur gauche, ne m’a jamais quittée depuis que ma belle-famille me l’a offerte pour mes 25 ans. Il m’arrive de la tourner, mais jamais je ne l’ai retirée », confie-t-elle.

Photo Chantal Poirier
  • Robe BOYCODE
  • Jean ZARA
  • Bottes BLUNDSTONE

« J’étais intriguée à savoir si ce modèle de robe conviendrait à ma silhouette. En l’agençant à un jean et des bottes, je trouve que c’est réussi. Il ne faut pas toujours suivre les diktats de la mode », partage la chorégraphe.

Photo Chantal Poirier
  • Blouson OPENING CEREMONY
  • Jupe IMPERIAL
  • Chaussures VIVIENNE WESTWOOD pour MELISSA

« J’ai puisé dans ma garde-robe Révolution pour composer cette tenue. J’y ai ajouté mon fameux unitard de danseuse. Lorsque j’auditionnais pour un rôle, c’est lui que je portais. J’étais le taureau rouge qui voulait se démarquer. J’attirais l’attention et je donnais tout ce que j’avais, se remémore-t-elle. J’aime beaucoup les pièces rouges. C’est une couleur aussi intemporelle que le noir, mais qui du même coup fait un statement. »

Photo Chantal Poirier
  • Caban ZARA
  • T-shirt MAJE
  • Pantalon CLUB MONACO
  • Bottes L’INTERVALLE

« J’aime les looks sobres avec une twist. Ici, je punch avec ma tuque cône orange ! Et j’applique toujours la citation de Gabrielle Chanel : “Avant de partir de chez vous, regardez-vous dans le miroir et enlevez un accessoire”. »


► Ses bonnes adresses

  • ANTHROPOLOGIE
  • BOUTIQUE UNICORN
  • COACH
  • FREE PEOPLE
  • SCOTCH & SODA

4 questions mode à Lydia

Quel est votre rapport à la mode ?

La mode m’intéresse beaucoup, tout comme la scénographie des défilés et la mise en scène des opéras. En ce moment, c’est le domaine où foisonnent le plus d’idées et d’avancées. J’y puise beaucoup d’inspiration pour mes projets. J’adore les créations excentriques de Vivienne Westwood, d’Alexander McQueen, de Jean Paul Gaultier ou de Christian Lacroix. Certains des éléments qui m’ont marquée feront partie de la mise en scène de mes spectacles. Par contre, dans le quotidien, je suis plutôt « plate ».

Que voulez-vous dire ?

Je m’habille plutôt simplement. J’aime bien le look jean-t-shirt ou encore les combinaisons. J’ai aussi un faible pour les chemises de chasse et le look garçon manqué. J’ai très peu de pièces griffées dans ma garde-robe. J’ai surtout accumulé au fil des années des coups de cœur chinés un peu partout. Mes tenues sont un mélange pop-rock-romantique.

Craquez-vous souvent pour des pièces alors que vous faites vos recherches ?

Non. Les créations excentriques des défilés siéent moins à ma vie. J’ai beaucoup plus de plaisir à dénicher une pièce dans une friperie. Je n’ai pas d’attente, et puis j’ai un coup de cœur.

Considérez-vous avoir beaucoup de vêtements ?

Je ne garde que les pièces que j’aime beaucoup. Je dirai que faire le tri de sa garde-robe est l’œuvre d’une vie. Je me suis déjà lancé le défi de ne pas acheter de vêtements pendant un an et j’ai réussi. Cela n’a pas été si difficile, car je suis une magasineuse inconstante.