/news/society
Navigation

Des entrepreneurs milléniaux de Québec en mission en France

Alain Aubut accompagnera 15 d’entre eux lors d’un séjour d’une semaine

Jeff Doucet, PDG de J’entreprends Québec, et Alain Aubut, promoteur de Moovjee Québec, sont enthousiastes à l’idée d’envoyer 15 jeunes chefs d’entreprise en France pour une première mission entrepreneuriale. Sur la photo, ils sont en compagnie de Jean-Philippe Côté et Andrée-Ann Adam, d’Animora, ainsi que d’Andrea Gomez et Rachelle Séguin, de Omy Laboratoires.
Photo Jean-François Desgagnés Jeff Doucet, PDG de J’entreprends Québec, et Alain Aubut, promoteur de Moovjee Québec, sont enthousiastes à l’idée d’envoyer 15 jeunes chefs d’entreprise en France pour une première mission entrepreneuriale. Sur la photo, ils sont en compagnie de Jean-Philippe Côté et Andrée-Ann Adam, d’Animora, ainsi que d’Andrea Gomez et Rachelle Séguin, de Omy Laboratoires.

Coup d'oeil sur cet article

Ils ont moins de 30 ans et ne manquent pas d’ambition: 15 jeunes femmes et hommes d’affaires de Québec s’envoleront bientôt pour Paris afin de s’imprégner de la culture entrepreneuriale française et, pourquoi pas, envisager une éventuelle percée sur le marché européen. 

Lancé il y a à peine quelques mois, le programme d’accompagnement Moovjee Québec a déjà aidé 87 entrepreneurs de 18 à 30 ans, tous de la région de la Capitale-Nationale, qui sont à la tête de 66 jeunes entreprises. 

L’ancien président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Alain Aubut, qui chapeaute cette initiative, avoue qu’il ne s’attendait pas à une pareille participation pour l’an un. Il se dit étonné, «pas juste par le nombre, mais par la qualité» des projets soumis. 

Les candidats de la première cohorte savaient qu’ils se disputaient un séjour d’une semaine en France où ils seraient amenés à réseauter avec des experts reconnus et à explorer de nouveaux modèles d’affaires, dans le cadre d’une mission entrepreneuriale. 

Partage 

Chose promise, chose due : avec l’aide financière des Offices jeunesse internationaux du Québec, 15 d’entre eux vont prendre la direction de Paris le 29 mars prochain. Ils assisteront entre autres au grand rassemblement du mouvement Moovjee qui a ses racines dans l’Hexagone et visiteront d’autres villes françaises. 

Contrairement à une mission économique traditionnelle, «on parle de l’entrepreneur qui est en train de se bâtir, souligne M. Aubut qui va accompagner ces jeunes avec d’autres mentors. C’est du partage, de la collaboration, d’aller apprendre, finalement.» 

Pour Jean-Philippe Côté, 25 ans, ce sera une première. En un an et demi, l’entreprise qu’il a cofondée, Animora, a vendu 30 000 unités d’un gel dentaire pour chats et chiens. 

Il veut en savoir plus sur l’industrie de la santé animale en Europe, un marché qu’il lorgne avec sa partenaire d’affaires. 

«À l’ère des réseaux sociaux et d’internet, ta compétition n’est plus nécessairement de l’autre bord de la rue, elle peut être de l’autre bord de l’océan», explique le finissant en biochimie à l’Université Laval. 

Andrea Gomez, 28 ans, ira de son côté parler du succès de son entreprise Omy Laboratoires qui compte déjà 14 employés moins d’un an après avoir commercialisé ses produits cosmétiques sur mesure. 

«C’est de voir ce qu’il se fait en France et si notre modèle d’affaires pourrait s’appliquer au marché européen», dit-elle. 

Encadrement 

D’après Alain Aubut, même si l’on a déjà vu des missions entrepreneuriales cibler des milléniaux de la sorte, les protégés de Moovjee bénéficient d’un encadrement rarement vu, «avant, pendant et après» cette expérience. «Ce qui nous différencie, c’est qu’il y a huit organismes qui travaillent avec eux», soulève-t-il. 


À Québec, Moovjee s’appuie sur l’expertise de nombreux partenaires, dont l’organisme J’entreprends Québec, et a pour mission d’intéresser la jeunesse à l’entrepreneuriat. 

Le mouvement Moovjee à Québec  

  • Lancé en septembre 2019 
  • Dédié aux personnes de 18 à 30 ans 
  • Des jeunes entreprises dans tous les domaines : santé, alimentation, design intérieur, culture, finances, etc. 
  • 87 jeunes entrepreneurs aidés jusqu’à présent 
  • Une plateforme sur internet met les participants au défi d’atteindre des objectifs comme faire enregistrer son entreprise ou participer à diverses activités. Ils sont ensuite récompensés par des points et des badges.