/sports/soccer/impact
Navigation

Impact: Thierry Henry veut une équipe intense

Le nouvel entraîneur souhaite que son équipe soit difficile à battre

Impact: Thierry Henry veut une équipe intense
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Le règne de Thierry Henry à la barre de l’Impact s’est officiellement amorcé mardi matin avec l’ouverture du camp d’entraînement et le mot d’ordre est intensité.  

Henry, qui a basé l’essentiel de sa carrière sur le travail acharné et le jeu intense, entend bien transmettre ces valeurs à ses nouveaux protégés. 

Le concept d’intensité est revenu à quelques reprises lors du point de presse de Henry, qui était entouré d’une meute de reporters. 

L’équipe s’envole pour Orlando demain afin d’y tenir la première phase du camp jusqu’à la fin du mois. 

« On va s’entraîner avec la bonne intensité », a-t-il réitéré. 

Impact: Thierry Henry veut une équipe intense
Photo Pierre-Paul Poulin

Attitude à changer 

Henry ne veut sans doute pas révolutionner l’univers du Bleu-blanc-noir, mais il veut tout de même changer l’attitude du groupe. 

« On veut une équipe qui est difficile à battre, a-t-il insisté. Tu peux accepter une défaite quand une équipe est bien meilleure que toi, mais pas au niveau de l’intensité et de la combativité. C’est quelque chose qu’on va essayer de gommer. » 

Voilà un discours qui n’est pas sans rappeler celui qu’avait tenu le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, au terme de la désastreuse saison 2017-2018. 

 Bref, Henry veut une équipe qui va tout laisser sur le terrain et qui va donner un bon spectacle. Ses propos devraient séduire les amateurs montréalais, qui aiment les équipes intenses. 

« C’est à nous de convaincre les joueurs, a ajouté Henry. Ça fait trois ans que cette équipe ne fait pas les séries, quelque part, ce n’est pas un accident non plus. » 

Au jour 1 du camp d’entraînement de l’Impact, l’ancien international français a réuni ses joueurs au centre du terrain, où il a brièvement pris la parole. Il a ensuite dirigé une série d’exercices qui ont duré près de 90 minutes. 

« Je voulais voir où ils sont physiquement, c’est important de ne pas brûler les gars. J’ai vu pas mal de vidéo, mais voir un entraînement c’est différent. »   

Impact: Thierry Henry veut une équipe intense
Photo Pierre-Paul Poulin

Exigeant 

Même s’il s’agissait d’une première pour l’ancienne vedette de 42 ans, n’allez pas croire que l’anxiété lui a fait perdre une minute de sommeil. 

« Ça m’est arrivé de faire des trucs beaucoup plus durs, ne vous inquiétez pas pour moi », a-t-il lancé avec le sourire. 

Henry a la réputation d’être exigeant et d’être un soupçon perfectionniste. Pas de doute qu’il profitera de ce premier séjour dans le sud des États-Unis pour établir les bases de ce qu’il veut bâtir. 

L’équipe reviendra ensuite brièvement à Montréal pour repartir vers St. Petersburg, où elle complétera sa préparation avant de se diriger vers le Costa Rica, à la mi-février, pour la rencontre aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions contre Saprissa.  

Du côté des joueurs, il semble y avoir un réel enthousiasme à évoluer sous la direction de Henry. 

« Les joueurs sont intrigués, a reconnu Evan Bush. Tout le monde veut se montrer sous son meilleur jour et c’est normal dans la première semaine, que ce soit un entraîneur que tout le monde connaît ou que ce soit un inconnu. » 

Ignacio Piatti estime pour sa part que la présence de Henry ne peut être que positive. 

« C’est très bon pour nous et pour la ville de Montréal qu’il soit ici. » 

Renforts 

Il a évidemment été question de potentiels renforts qui pourraient éventuellement se joindre à l’équipe. 

« On est en train de travailler en coulisses pour savoir si on peut renforcer l’équipe ou pas, a précisé Henry. Mais mon travail de coach, c’est de travailler avec ce que j’ai. S’il y a un renfort, il y aura un renfort. » 

À choisir, c’est le secteur défensif qu’il voudrait améliorer puisqu’il lui manque encore quelques cartouches. 

« Sur le plan défensif, on va peut-être chercher encore sur deux ou trois postes si c’est possible. » 

Il y a déjà l’ajout de l’arrière central canadien de 23 ans Joel Waterman, dont le transfert du Cavalry de Calgary, de la Première Ligue canadienne, a été officialisé mardi. Le milieu défensif haïtien Steeven Saba est également à l’essai. 

Quant À Ballou Tabla, Orji Okwonkwo et Zachary Brault-Guillard, tous en prêt l’an passé, ils étaient absents puisqu’aucune entente n’est survenue dans leur cas. Du moins pour le moment.