/sports/racing
Navigation

James Piccoli dans la cour des grands en Australie

Le cycliste montréalais fera ses débuts en World Tour le 21 janvier prochain

SPO-GPCM-UCI
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay En deux ans, le Montréalais James Piccoli a fait des pas de géant pour se retrouver en un temps record parmi l’élite mondiale.

Coup d'oeil sur cet article

Le cycliste montréalais James Piccoli fera officiellement son entrée dans les grandes ligues en participant dans quelques jours au Tour Down Under, première épreuve de la saison 2020 du circuit World Tour.

En quelques années à peine, l’athlète de 28 ans a parcouru en un temps record tout le chemin entre le calendrier provincial québécois et l’élite mondiale. Piccoli devrait même participer au Tour d’Italie, son premier Giro, en mai prochain.

Après une surprenante victoire au Tour de Beauce 2018, le grimpeur a signé l’an dernier des succès à Taïwan, au Tour de Gila, au Nouveau-Mexique, au Tour de l’Utah, et à nouveau en Beauce lors de l’étape reine du mont Mégantic.

Des résultats

Au classement mondial, un seul Canadien, Michael Woods, le devance en 2019. Surpassant même Hugo Houle, Piccoli a terminé l’année avec un total de 471 points UCI, ce qui n’a pas laissé le choix aux grandes équipes professionnelles.

Avec ses nouveaux coéquipiers Guillaume Boivin et Andre Greipel, Piccoli plongera dans l’action le 21 janvier sous les couleurs de la nouvelle équipe Israël Start-Up Nation, maintenant promue en World Tour. Un peu comme Woods, qui est arrivé sur le vélo dans la vingtaine, il n’a pas dix ans pour faire sa marque.

Pas intimidé

« Je n’aurais jamais pu penser il y a deux ans que j’aurais ces opportunités. Je ne veux pas gaspiller de temps. Je pense que je peux être un super coéquipier et un bon coureur tout de suite. Je ne crois pas être intimidé par les vedettes. Ils ont tous deux jambes comme moi ! » affirme le cycliste.

Les couleurs de sa nouvelle formation en 2020.
Photo courtoisie
Les couleurs de sa nouvelle formation en 2020.

Après une séance d’entraînement encourageante, l’intégration du Québécois s’est faite sans embûche. Plusieurs nouveaux visages se sont greffés à quelques anciens de la défunte Katusha-Alpecin. Entre son ex-formation de troisième division Elevate-KHS et l’équipe de premier plan Israël Start-Up Nation, les comparaisons sont impossibles.

« Mes collègues sont super gentils et l’atmosphère de l’équipe est incroyable. Je sens déjà que nous sommes une famille. Après l’Australie, je vais me concentrer sur les courses par étapes, comme le Tour de Catalogne en mars et le Tour du Pays basque en avril, avant de me préparer pour le Giro. C’est un calendrier de rêve et mon premier grand tour. »

Huit de ses coéquipiers seront aussi au départ du prochain Tour de France, un rêve qui ne semble plus très loin pour Piccoli. Quant aux Jeux de Tokyo, qui auront lieu immédiatement après, Houle et Woods seront difficiles à écarter, mais Piccoli pourrait quand même être considéré.

Des dégâts

Par ailleurs, des travaux devront être effectués sur les routes du Tour Down Under (21 au 26 janvier) près d’Adélaïde, en raison des incendies qui ravagent l’Australie. La première course de la saison ne devrait toutefois pas être annulée. « On a conscience que le fait de faire du vélo n’est pas la priorité quand on voit les conséquences de ce qui se passe, » a expliqué le champion Romain Bardet à l’AFP.

Quelques noms sont à surveiller dans cette course de six étapes et 870 kilomètres, notamment Elia Viviani, Sam Bennett, le double vainqueur Daryl Impey, Rohan Dennis, de même que le champion du monde Mads Pedersen.