/finance/business
Navigation

Un gratte-ciel à 225 M$ pour les Saputo

Un gratte-ciel à 225 M$ pour les Saputo
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les Saputo et le promoteur Vincent Chiara viennent de mettre la main sur un autre gratte-ciel au cœur de Montréal. Ils achètent le 1100, boulevard René-Lévesque Ouest pour 225 M$, juste devant la prestigieuse Place du Canada.  

Dans le même secteur, les partenaires détiennent déjà plusieurs immeubles figurant parmi les plus hauts à Montréal, dont la tour CIBC, juste en face, à l’angle de la rue Peel, et 50 % de l’édifice Sun Life, à un coin de rue. 

Ensemble, les groupes Petra (Saputo-Borsellino) et MACH (famille Chiara) détiennent aussi la majorité des actions dans la Tour de la Bourse, au square Victoria, entre autres immeubles. 

« Cette acquisition consolide la position de Groupe Petra en tant que leader dans le marché immobilier commercial montréalais. L'addition de ce remarquable actif au sein de notre portefeuille renforcit (sic) le partenariat stratégique qui nous lie déjà avec (sic) Vincent Chiara de MACH », mentionne dans un communiqué Patrice Bourbonnais, président et chef de l'exploitation du Groupe Petra. 

Cette entreprise a été fondée par Giuseppe Borsellino, le beau-frère de Lino Saputo père. 

Les vendeurs sont Desjardins et Oxford Properties, une filiale du Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario. 

Le 1100, René-Lévesque, un immeuble de 27 étages de cuivre et de verre, fait plus de 560 000 pieds carrés. Il abrite notamment le cabinet d’avocats BCF, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et TC Transcontinental. 

La tour occupe un emplacement stratégique, à un jet de pierre du Centre Bell et de la Gare centrale, où le Réseau express métropolitain (REM) convergera bientôt vers le métro et les principales lignes de train de la métropole. 

Petra et l’enquête Contour 

Le gratte-ciel sera géré par Petra, qui a attiré l’attention de la défunte Escouade de protection de l’intégrité municipale (EPIM), puis de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), lors de l’enquête avortée Contour. 

Dans un volet de cette opération, la police s’est intéressée à des interventions alléguées de l’ancien président du comité exécutif, Frank Zampino, en faveur de son ami Giuseppe Borsellino, fondateur de Petra. 

Selon les enquêteurs, un consortium dont faisait partie l’entreprise aurait bénéficié de passe-droits en achetant le site Marc-Aurèle-Fortin, un terrain municipal de deux millions de pieds carrés à Rivière-des-Prairies, selon des informations qu’a publiées notre Bureau d’enquête en mai 2019. 

Aucune accusation n’a finalement été déposée et l’enquête a été abandonnée.