/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Pour en finir avec le Bye Bye

Coup d'oeil sur cet article

Même si Radio-Canada ne manquera de faire grand état des cotes d’écoute de son Bye Bye 2019, il n’en reste pas moins que le concept de cette émission de fin d’année me semble révolu. 

À l’appui de mon argument, je pourrais invoquer que le Bye Bye 2019 a perdu presque un demi-million de spectateurs par rapport à l’an dernier, alors que l’audience d’Infoman et d’En direct de l’univers s’est à peu près maintenue. Je préfère me référer aux nombreux lecteurs qui ont pris la peine de m’écrire à la suite du Bye Bye. Tous sans exception ont écrit qu’ils verraient d’un bon œil qu’on le remplace par En direct de l’univers

Après avoir visionné attentivement l’émission de France Beaudoin, je ne peux qu’abonder dans leur sens. J’encourage la direction du réseau français à visionner froidement ses trois émissions spéciales du 31 décembre et je ne serais pas surpris qu’elle arrive à la même conclusion.

FINIR L’ANNÉE DANS LA JOIE

Mes lecteurs semblent en avoir assez des blagues bêtes et méchantes du Bye Bye sur des artistes et des personnalités qu’ils aiment bien. Ils s’interrogent aussi sur cette façon de terminer l’année dans un rire grinçant plutôt que dans la bonne humeur. La plupart n’ont pas digéré le sort réservé à Desjardins, qui reste la société de choix de millions de Québécois malgré le mauvais sort dont elle a été victime.

Je ne suis pas un fanatique d’En direct de l’univers, mais j’avoue que cette édition du 31 décembre était exceptionnelle. Réalisée avec maestria, réunissant un nombre impressionnant d’artistes, l’émission était joyeuse, enlevée et très émouvante sans tomber dans la sensiblerie, un travers dont souffrent souvent les émissions « ordinaires » d’En direct de l’univers.

Moins « groupie » qu’à son habitude, moins doucereuse et moins exaltée, France Beaudoin a fait preuve d’une belle sobriété tout au long des 90 minutes. Elle a accordé à chaque invité une attention égale, ce qui n’est pas si facile lorsqu’ils sont aussi différents les uns des autres que Maripier Morin et Luc Dionne ou Jay Du Temple et Patrice Michaud.

UNE TRÊVE DU JOUR DE L’AN

Les concepteurs de l’émission avaient décrété une « trêve du jour de l’An » dans la guéguerre que se livrent nos réseaux de télévision. C’est ainsi qu’on retrouvait parmi les invités Maripier Morin, nouvelle reine de TVA, et Jay Du Temple, l’animateur d’Occupation double, l’émission de l’année à V.

Mine de rien, sans appuyer outre mesure, l’émission a constitué une véritable revue de l’année de notre show-business. C’est une piste qu’on pourrait élargir, l’an prochain, à d’autres univers. 

On a vu apparaître sur le plateau du 31 décembre la famille Groulx, tête d’affiche de Canal Vie, Alexandra Streliski, l’indiscutable révélation de 2019, l’étonnante chorale africaine d’Occupation double, un trio spectaculaire composé de Sylvie Desgroseilliers, Kim Richardson et Bonnie Pointer ainsi que des « vedettes » aussi improbables que Jeannine Dionne, pianiste et mère de Luc Dionne, les tantes d’Alex Perron et même Maka Kotto, qui pourrait bien faire une carrière de chanteur s’il le voulait !

En continuant sur la même lancée, En direct de l’univers pourrait réunir le 31 décembre prochain, à l’heure habituelle du Bye Bye, un auditoire sans doute aussi considérable. Sans susciter de malaises et de controverses, ce qui constituerait un heureux changement.