/misc
Navigation

Rob Manfred a frappé un grand chelem

Coup d'oeil sur cet article

L’intégrité, c’est l’absence de mauvaise intention.

À mon arrivée au sein de l’organisation des Expos, je travaillais sous les ordres de Mel Didier, directeur du recrutement. Avant que mon embauche soit acceptée, le président des Expos, John McHale, m’a convoqué à son bureau. Avant de se joindre aux Expos, il était l’adjoint au commissaire du baseball, William Eckert. Lors de cette réunion, monsieur McHale m’a expliqué que le baseball majeur n’acceptait pas qu’on parie sur les matchs de baseball, sous peine d’être suspendu à tout jamais. L’autre facteur qu’il m’a fait comprendre c’était l’importance de l’intégrité du baseball. Il m’a sévèrement recommandé, dans mon rôle au sein du recrutement, de ne jamais mettre en jeu l’intégrité du baseball en agissant d’une façon pour contourner les règlements. Si jamais c’était le cas, je serais congédié sur-le-champ.

En 2017, les Red Sox de Boston ont été mis à l’amende pour avoir utilisé des systèmes électroniques, comme la reprise télévision ou vidéo, pour analyser les signaux des lanceurs et receveurs adverses. Au mois de septembre de cette année, le commissaire Rob Manfred ainsi que Joe Torre, conseiller au commissionnaire, ont fait savoir aux propriétaires, directeurs généraux et gérants qu’il était interdit d’utiliser des communications électroniques pour transmettre des informations pendant le match. L’utilisation de ses appareils mettait en doute l’intégrité du baseball, et de lourdes sanctions seraient appliquées, une lourde amende, perte de choix de repêchage amateur et suspension du directeur général et du gérant.

Informations troublantes

Le directeur général, Jeff Luhnow, ainsi que le gérant des Astros, AJ Hinch, se croyaient au-dessus des directives du bureau du commissionnaire.  

Après une enquête approfondie auprès des joueurs des Astros, d’ex-joueurs et des membres de la direction des Astros, des informations troublantes ont été découvertes. 

L’entraîneur adjoint des Astros, Alex Cora, qui est aujourd’hui le gérant des Red Sox de Boston, était impliqué directement dans les communications illégales transmises aux frappeurs. Il recevait l’information du type de lancer (une courbe, balle rapide, etc.) du lanceur adverse soit par messages textes, reprise vidéo et même certains joueurs qui utilisaient une montre pour transmettre des messages électroniques.

Par exemple, Alex Cora donnait des coups de bâtons sur une poubelle située dans l’abri. Selon le code préétabli, le nombre de coups de bâtons identifiait le lancer que le frappeur pouvait anticiper. 

Scandale de 1919

En analysant la situation, je ne peux pas m’empêcher de relier le scandale des Astros à celui des « Black Sox de Chicago ».

Lors de la Série mondiale 1919, huit joueurs des White Sox, dont « Shoeless » Joe Jackson, furent bannis du baseball majeur après avoir été reconnus coupables d’avoir intentionnellement fait perdre leur équipe.

En 2020, les Astros ont été mis à l’amende pour 5 M$, ils ont perdu leurs choix de première et de deuxième rondes en 2020 et 2021.

Luhnow et Hinch ont été suspendus pour un an sans salaire. À la suite de cette décision, le propriétaire de l’équipe les a congédiés. 

Chaque année au moment d’introniser les nouveaux immortels au Temple de la renommée du baseball, les inconditionnels partisans de Pete Rose unissent leurs voix et clament haut et fort que le meilleur frappeur de coups sûrs de tous les temps doit être pardonné pour avoir parié sur des matchs.

Mais les mesures prises par le commissaire Manfred à l’endroit des Astros de Houston sont bien claires. Il n’y a pas de place et il n’y aura jamais de place pour les tricheurs dans les sphères du baseball. 

Le commissaire Rob Manfred a frappé un grand chelem pour assurer l’intégrité du baseball !