/world/europe
Navigation

Trump, vedette du Forum économique mondial de Davos

Trump, vedette du Forum économique mondial de Davos
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se rendront la semaine prochaine au Forum économique mondial (WEF) de Davos, mais la véritable vedette sera le président américain Donald Trump alors que le chef de la diplomatie iranienne a annulé sa venue.

Ces chefs d’État et de gouvernement seront aux côtés de plus des quelque 2800 participants, qui assisteront à cette 50e édition du WEF, prévue du 21 au 24 janvier dans cette station de sports d’hiver, transformée en camp retranchée pendant quelques jours pour des raisons de sécurité.

Nul ne sait si le président américain croisera à Davos une autre invitée de taille du WEF, Greta Thunberg, l’adolescente suédoise qui un an après son premier passage à Davos est devenue l’égérie de la défense de l’environnement.

Celle qui fait la « grève de l’école pour le climat » tous les vendredis viendra une nouvelle fois porter son message à la fine fleur de l’économie et de la politique mondiale dans les Alpes suisses. Elle participera quelques jours avant, le 17 janvier, à une manifestation dans la ville suisse de Lausanne.

Parmi les chefs d’État et de gouvernement qui sont attendus à Davos figurent le vice-premier ministre chinois, Han Zheng, la chancelière allemande Angela Merkel, le président ukrainien Volodomyr Zelensky, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.

Le président américain, qui revient à Davos après sa participation en 2017, sera lui accompagné de sa fille et conseillère, Ivanka Trump, ainsi que son gendre et conseiller, Jared Kushner. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, le ministre du Commerce Wilbur Ross, et le représentant au Commerce Robert Lighthizer feront également le déplacement.

Le premier ministre britannique Boris Johnson, qui avait décrit le forum de Davos à la BBC en 2013 comme « une constellation d’égos impliquant de gigantesques orgies mutuelles d’adulation », ne se rendra pas à Davos, mais le prince Charles, en pleine négociation sur le « Megxit », sera en revanche présent.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, qui était attendu dans la station alpine suisse, ne sera finalement pas de la partie, alors que la tension reste très vive entre son pays et les États-Unis après la crise provoquée par la mort du général iranien Qassem Soleimani dans un tir de drone américain.