/news/society
Navigation

Harry et Meghan au Canada: ce qu’en pensent les Canadiens

Coup d'oeil sur cet article

La décision du prince Harry et de son épouse Meghan Markle de vivre entre le Royaume-Uni et le Canada, sans totalement tourner le dos à la monarchie, a ébranlé la couronne britannique. Mais qu’en pensent les Canadiens, directement concernés par cette décision du duc et de la duchesse de Sussex?  

• À lire aussi: En finir avec la monarchie  

• À lire aussi: Première sortie publique à Vancouver de Meghan Markle 

• À lire aussi: Des distillateurs montréalais ont vite pensé à un gin royal  

Pourquoi le Canada?  

Le prince Harry, sixième dans l’ordre de succession au trône, et son épouse Meghan ont annoncé leur décision de renoncer à leurs obligations protocolaires après un séjour sur l'île de Vancouver, où ils ont passé la période des fêtes avec leur fils Archie.    

Meghan connaît bien le pays. L’ex-actrice américaine a vécu plusieurs années à Toronto lorsqu’elle jouait dans la série Suits.    

Le couple princier a également des «amis» au Canada, explique à l’AFP David Johnson, spécialiste de la royauté à l’université du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.    

  • ÉCOUTEZ la chronique de Patrick Taillon à QUB radio:

Quand elle s’est installée à Toronto en 2011, Meghan a rencontré la styliste Jessica Mulroney, épouse du présentateur Ben Mulroney, fils de l'ancien premier ministre progressiste-conservateur Brian Mulroney, qui est devenue une amie proche.   

À tel point que, selon la presse britannique, la Canadienne de 39 ans aurait assuré la garde du petit Archie, âgé de 8 mois, pendant que le couple se rendait au Royaume-Uni pour annoncer sa décision de renoncer à ses obligations protocolaires.    

Le Canada est «un refuge assez sûr pour eux», ajoute l’universitaire David Johnson.    

Selon lui, le couple peut s’attendre à «moins de harcèlement» de la part de la presse qu’au Royaume-Uni ou aux États-Unis, alors que Harry et Meghan n’ont pas caché leur malaise face aux attaques des tabloïds britanniques sur leur train de vie et leur difficulté à trouver leur place dans la famille royale.    

Qu’en dit la presse canadienne?  

L’annonce du couple princier a été en grande partie éclipsée dans la presse canadienne par l’accident du Boeing ukrainien abattu «par erreur» par l’Iran, qui a viré à la tragédie nationale au Canada, d’où sont originaires 57 des 176 victimes.    

En revanche, depuis le début de la semaine, les médias s’interrogent sur les coûts liés à la protection du prince Harry et de Meghan et pour savoir qui, au final, paiera la note.    

Des médias ont estimé ces coûts à environ 1,7 million de dollars. Le gouvernement canadien n’a cependant pas encore décidé s’il les assumerait, a assuré le premier ministre Justin Trudeau, sans rien exclure.    

Le quotidien National Post a estimé mardi que Harry et Meghan devraient agir «comme tous les autres» et faire une demande de citoyenneté canadienne avant de venir vivre dans le pays.    

Un éditorialiste du Post estime que «le Megxit» a «réveillé une sorte de monarchisme dormant» chez certains Canadiens, tout en provoquant «l’indignation totale de ceux qui pensent que les monarchies sont d’un anachronisme grotesque».    

Plus cinglant, le Globe and Mail a exhorté mardi Justin Trudeau à refuser au couple de venir s’installer au Canada, invoquant dans un éditorial le fait que le pays n’a «jamais eu de système de classes avec des aristocrates héréditaires comme la Grande-Bretagne».    

Quelle est l’image de la famille royale au Canada?  

Bien des Canadiens se montrent plus accueillants que leurs médias. Une majorité d’entre eux (61 %) aimeraient même voir le prince Harry devenir leur prochain gouverneur général, représentant la reine Elizabeth II dans cette ex-colonie britannique, selon un récent sondage.    

Harry n’a pourtant jamais publiquement exprimé d’intérêt pour ce poste, occupé depuis les années 1950 par des Canadiens, comme l’actuelle gouverneure générale, l’ancienne astronaute Julie Payette.    

Cette idée recueille ses plus fermes soutiens à l'extérieur du Québec.    

«Les Québécois seraient les moins intéressés et les plus prompts à dire qu’il faut rompre les liens avec la monarchie britannique», affirme David Johnson. «Il n’y a pas d’affection profonde pour la famille royale» au Québec.