/news/transports
Navigation

Tramway de Québec: nouvelle cheffe des communications au réseau structurant depuis juillet

Nathalie Cloutier
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Sans tambour ni trompette, la Ville de Québec a nommé sa nouvelle directrice de la division des communications du réseau structurant l’été dernier.

Nathalie Cloutier œuvrait à la Ville de Québec depuis déjà quatre ans. Elle occupait le poste de directrice de la division marketing. Auparavant, elle a travaillé au cabinet de relations publiques National. 

Dans un sommaire décisionnel publié en juillet 2019 et qui est passé inaperçu, la Ville a confirmé son affectation temporaire comme directrice de la division des communications du réseau structurant de transport en commun (RSTC). 

Elle a d’ailleurs assisté aux séances du conseil qui traitaient du réseau cet automne à l’hôtel de ville.  

Son affectation temporaire durera le temps que le réseau soit mis en place, explique la directrice des communications de la Ville, Marie-Christine Magnan. 

Neuf personnes

Nathalie Cloutier est à la tête d’une équipe composée de neuf personnes. Outre la directrice, on compte six professionnels, un technicien multimédia et une agente de secrétariat.  

L’équipe est complète depuis le 11 novembre.  

Les relations de presse seront cependant gérées par un professionnel qui ne fait pas partie de la nouvelle division. 

David O’Brien, porte-parole et chef d’équipe à la direction des communications, «travaille étroitement avec l’équipe de la division» du RSTC, indique Mme Magnan. 

Comme le révélait Le Journal l’été dernier, la nouvelle division dispose d’une enveloppe salariale de près de 830 000 $ 

De ce montant, le salaire de la directrice se chiffre à 124 000 $, au maximum de l’échelle salariale.  

Service rapatrié

L’embauche de Mme Cloutier est survenue après un premier essai infructueux avec François Giroux. Celui-ci avait été engagé comme directeur des communications en mai 2019. Il a annoncé sa démission quelques mois plus tard. 

Les communications relevaient alors du Bureau de projet du RSTC.  

Depuis, la Ville a décidé de rapatrier ce service sous sa responsabilité.  

La première structure était «moins efficace», a commenté Marie-Christine Magnan.  

«On s’est aperçu que ce serait plus fonctionnel si tout était regroupé au sein du service des communications», car le projet implique plusieurs services de la Ville.