/news/politics
Navigation

Québec opposé à faire payer les contribuables pour la sécurité du couple princier

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault s’oppose à ce qu’Ottawa utilise les fonds publics pour assurer la sécurité du couple princier Harry et Meghan, lorsque ceux-ci viendront s’établir à temps partiel au Canada.  

• À lire aussi: Les trois quarts des contribuables ne veulent pas payer la facture  

«Il n’est pas question que l’argent des contribuables québécois soit dépensé pour défrayer les coûts de sécurité pour les membres de la famille royale qui souhaitent s’installer de manière permanente ou partielle au Canada», affirme le porte-parole du premier ministre François Legault dans une déclaration écrite.   

Ewan Sauves ajoute: «lorsque la famille royale est en visite au Canada, on peut comprendre que certaines dépenses soient défrayées, notamment en sécurité, comme c’est le cas pour toute visite de dignitaire ou chef d’État». «Toutefois, ce n’est pas de ça qu’il est question ici», écrit-il.   

La reine Elizabeth II a confirmé dans une déclaration lundi que le prince Harry et sa conjointe Meghan Markle sépareront leur temps entre le Canada et le Royaume-Uni. Le couple a annoncé qu’il se mettra en retrait de ses fonctions officielles.   

Le gouvernement fédéral n’a toujours pas confirmé si le Canada assumera les coûts liés à leur sécurité.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le PLQ aussi  

Notre Bureau parlementaire révélait mercredi que le Parti libéral du Québec s’oppose lui aussi à ce que la protection au Canada du couple princier soit assumée par les contribuables canadiens.   

«Ce n’est pas une attaque contre la monarchie, souligne la responsable des communications de l’aile parlementaire du parti, Cynthia St-Hilaire. Oui, historiquement, on est un parti qui a une certaine affiliation, mais on est aussi un parti qui est pour la bonne gestion des fonds publics. Et on ne considère pas que ce serait une gestion saine et respectueuse des deniers publics.»   

La formation fédéraliste a d’ailleurs déjà réservé le sujet en vue de déposer une éventuelle motion en ce sens au Salon bleu. L’idée a été présentée par le député Greg Kelley et appuyée par sa collègue Christine St-Pierre.   

Toutefois, le parti pourrait ne pas avoir à présenter la motion, si la situation évolue. «On pourrait apprendre d’ici là que, finalement, ils ne viendront pas», illustre Mme St-Hilaire.    

– Avec la collaboration de Jean-François Gibeault