/sports/hockey
Navigation

Fleury triste pour Gallant

SPO-HKO-HKN-COLORADO-AVALANCHE-V-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS
Photo d’archives Marc-André Fleury

Coup d'oeil sur cet article

PHILADELPHIE  |  Marc-André Fleury a parlé avec son cœur pour décrire le congédiement de Gerard Gallant.

À 35 ans, le gardien de but a assez d’expérience pour reconnaître les situations troubles au sein d’une équipe. Mais jamais il n’aurait prédit le renvoi de Gallant au beau milieu de sa troisième saison derrière le banc des Golden Knights de Vegas. 

« Nous étions au sommet de notre division il y a deux semaines [6 janvier], a rappelé Fleury durant une entrevue téléphonique accordée au Journal jeudi. Gerard avait même reçu une invitation pour le match des étoiles. Nous n’avions pas une grosse avance, mais nous étions quand même au premier rang. 

« Dernièrement, nous avons glissé au classement avec quatre revers d’affilée [avant le match de jeudi à Ottawa]. Depuis le début de la saison, nous sommes inconstants. J’ai toutefois comme philosophie que le blâme revenait plus aux joueurs qu’aux entraîneurs. 

« Pour vrai, Gerard est tellement une bonne personne et un bon coach, a-t-il continué. À l’extérieur de la glace, je m’entendais très bien avec lui. À l’aréna, il avait le respect de tous ses joueurs. Il est juste et honnête avec ses joueurs, il réserve le même traitement aux vétérans qu’aux recrues. Il demande de l’intensité, mais c’est normal. Après une défaite, nous apprenions de nos erreurs et nous passions au match suivant. Il avait de réelles bonnes qualités comme entraîneur. »

Dur coup

À sa première saison à Vegas, Gallant a conduit les Golden Knights à une participation à la finale de la coupe Stanley en plus de graver son nom sur le trophée Jack-Adams, remis à l’entraîneur de l’année. Moins de deux ans plus tard, l’ancien adjoint à Michel Therrien avec le Canadien n’a plus d’emploi. 

« Nous ne voulions pas le départ de Gerard, a affirmé Fleury. Ça ne vient pas des joueurs, nous aimions sa façon de travailler. Je dois toutefois respecter la décision de Kelly [McCrimmon]. Il croyait que c’était le meilleur choix pour le bien de l’équipe. Il ne faut pas oublier que le DG a aussi une pression de gagner. Mais je sais que ce n’était pas une décision facile pour lui. » 

Comme pièce maîtresse des Knights, Fleury a ressenti un sentiment de culpabilité après ce coup de tonnerre. 

« Oui, j’étais déçu de son départ. Il n’y a pas un seul joueur qui dira du mal de Gerard. Je me sens en partie responsable. Avec les insuccès et l’inconstance de l’équipe, nous avons coûté l’emploi de deux bonnes personnes, Gerard et Mike Kelly [entraîneur adjoint]. »

Dans les heures qui ont suivi le congédiement de Gallant, Fleury lui a téléphoné. 

« Je l’ai remercié pour son temps avec nous à Vegas. Je tenais à lui dire qu’il avait fait de belles choses pour l’équipe et moi. Je lui ai souhaité la meilleure des chances pour le futur. Je n’ai pas de doute qu’il se trouvera un autre poste assez rapidement. 

« Ce n’est pas la première fois que je vis le congédiement d’un coach. J’ai de l’expérience en cette matière. Mais quand ça survient, tu te sens toujours responsable pour son départ. Nous n’avons pas perdu confiance en notre équipe. Il y a toujours beaucoup de talent. Le départ de Gerard est un bon wake-up call. » 

Un Shark derrière le banc

Quand Fleury a rappelé le représentant du Journal, il se trouvait dans sa chambre d’hôtel à Ottawa. Il venait de compléter le  premier entraînement dirigé par le nouvel entraîneur-chef Peter DeBoer, un simple exercice matinal. Il n’y a pas si longtemps, DeBoer dirigeait l’équipe ennemie des
Golden Knights, les Sharks de San Jose. 

« C’était un peu étrange comme premier contact, a admis Fleury. Nous avons appris à haïr les Sharks au cours des dernières années. Nous avons joué plusieurs matchs l’un contre l’autre. Il y a eu des matchs préparatoires, des matchs en saison au sein de la division et deux confrontations en séries au cours des deux dernières années. 

« Ça fait bizarre de le voir maintenant derrière le banc de notre équipe. Je sais que Peter est un bon coach. Il roule sa bosse depuis longtemps et il a dirigé de bonnes équipes avec les Devils et les Sharks. Il a connu du succès dans le passé. J’ai le sentiment qu’il sera un bon coach pour nous. »


Après avoir mis fin à une série de quatre défaites avec une victoire de 4 à 2 contre les Sénateurs, jeudi à Ottawa, les Golden Knights visiteront le CH, demain au Centre Bell.