/sports/fighting
Navigation

Le jour de la marmotte?

Eleider Alvarez devra imiter son ami Oscar Rivas demain

Eleider Alvarez
Photos courtoisie Mikey Williams, Top Rank Eleider Alvarez et d’autres pugilistes qui seront en action demain ont initié jeudi des jeunes de 8 à 14 ans à la boxe, au centre communautaire de Verona.

Coup d'oeil sur cet article

VERONA, New York | À la même date l’an dernier, le poids lourd Oscar Rivas a remporté un combat déterminant pour sa carrière dans le ring du Casino Turning Stone de Verona. Son ami Eleider Alvarez voudra l’imiter samedi soir alors qu’il se retrouve dans la même position que lui contre l’Américain Michael Seals.   

Eleider Alvarez
Photos courtoisie Mikey Williams, Top Rank

Est-ce qu’on assistera au jour de la marmotte, alors qu’un boxeur de GYM parviendra à livrer une performance inspirée et, ainsi, relancer sa carrière ?  

Alvarez y compte bien.   

« C’est un combat super important pour moi, a souligné Eleider Alvarez lorsque rencontré jeudi par Le Journal de Montréal. Je suis concentré sur mon adversaire et je sais que ce ne sera pas facile.   

Je suis au courant que Seals voudra me battre. Je vais devoir montrer que je fais encore partie de l’élite de ma catégorie. »  

Lorsqu’il a appris qu’il se battrait à Verona, Alvarez a consulté son bon ami Oscar Rivas, qui a été dans les mêmes chaussures que lui l’an dernier.   

« Je lui ai surtout posé des questions au sujet de la pesée, a ajouté l’ancien champion du monde. Je savais qu’elle était tardive. Je ne m’étais pas trompé, car elle sera à 17 heures. »  

Et la rouille ?   

Le 7 décembre, David Lemieux a eu de la difficulté à se mettre en marche contre Max Bursak en raison de sa longue inactivité. C’est un danger qui guette également Alvarez, qui ne s’est pas battu depuis 11 mois.   

« Je n’ai pas peur de la rouille, a indiqué le protégé de GYM. Je sais que j’en ai eu lors de mon deuxième duel contre Sergey Kovalev, mais ça faisait 14 mois que je n’étais pas monté sur le ring. Mon camp d’entraînement n’avait pas été maximal.  

Cette fois-ci, je me sens beaucoup mieux et je vois une grosse différence sur les plans mental et physique. Je n’ai aucune blessure avant le combat. »  

Son entraîneur Marc Ramsay sait très bien que son boxeur pourrait mettre un ou deux rounds pour retrouver ses repères.   

« C’est possible, a-t-il affirmé. Par contre, il ne m’a pas montré des signes de rouille au gymnase. Mais le gymnase et la compétition, ce sont deux choses séparées. Eleider a tendance à bien gérer son stress. Je ne prévois pas de problème de ce côté. »  

Grands enjeux   

En plus d’obtenir une bonne performance, le Québécois d’origine colombienne connaît très bien les enjeux. Une victoire et il pourrait se retrouver dans un combat de championnat du monde pour le titre vacant de la World Boxing Organisation (WBO) des mi-lourds (175 lb), qui lui a appartenu durant quelques mois.   

Après sa victoire contre Alvarez, le Russe Sergey Kovalev a perdu la ceinture contre Saùl « Canelo » Alvarez en novembre dernier. Quelques semaines plus tard, le Mexicain a décidé de laisser tomber le titre pour retourner dans la catégorie des super-moyens (168 lb).   

« Cette ceinture est à moi ! Ce qui se passe actuellement dans la WBO me motive au plus haut point. C’est mon objectif, mais je dois m’occuper de Seals avant. »