/opinion/columnists
Navigation

Délire de néoféministes

Coup d'oeil sur cet article

L’auteure Marcia Pilote a récemment écrit un texte à l’emporte-pièce pour dénoncer l’absence de femmes parmi les créateurs du Bye bye. Puis, depuis lundi, c’est l’hystérie collective parce que la liste des finalistes pour l’Oscar du meilleur réalisateur est exclusivement masculine.

La parité étant devenue un dogme quasi religieux exigeant une obéissance docile, il est tendance de s’indigner bruyamment chaque fois que les femmes sont sous-représentées dans un domaine.

Avantage

Dommage que les apôtres de la parité fassent l’économie d’une réflexion élémentaire, car ils s’apercevraient que l’absence de parité avantage les femmes dans une multitude de circonstances. Des statistiques américaines, mais qui peuvent aisément refléter la réalité canadienne, ont montré que pour 100 femmes qui...

–  s’inscrivent à l’université, on compte 73 hommes ;

–  obtiennent un diplôme de médecine, on compte 90 hommes ;

–  sont itinérantes, on compte 154 hommes ;

–  sont alcooliques, on compte 200 hommes ;

–  décèdent entre 25 et 34 ans, on compte 232 hommes ;

–  décèdent d’un accident de travail, on compte 1294 hommes ;

–  se trouvent en prison, on compte 1333 hommes.

La parité démographique n’existe nulle part ! D’ailleurs, au nom de quel impératif sibyllin faudrait-il que les femmes et les hommes soient toujours numériquement égaux ?

L’égalité des droits entre tous les êtres humains est un objectif noble. Fort heureusement, elle a été atteinte dans les sociétés occidentales. Ce que réclament aujourd’hui les néoféministes, c’est la parité, et donc l’égalité des résultats, de gré ou de force.

Différent

Toutefois, la parité suppose que les deux sexes sont parfaitement identiques, qu’ils ont les mêmes intérêts et les mêmes ambitions. Or, cette hypothèse est d’une absurdité incommensurable vu qu’il est impossible de trouver ne serait-ce que deux hommes (ou deux femmes) identiques. Méfions-nous donc du credo de la parité. Il s’agit d’un délire de néoféministes à la recherche d’un prétexte pour se victimiser.