/sports/hockey
Navigation

Gerard Gallant congédié: la blessure est toujours vive pour Jonathan Marchessault

Gerard Gallant congédié: la blessure est toujours vive pour Jonathan Marchessault
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Deux jours après le remplacement de Gerard Gallant par Peter DeBoer derrière le banc des Golden Knights de Vegas, Jonathan Marchessault semblait toujours sous le choc, vendredi, au Centre Bell. 

• À lire aussi: Un match particulier pour trois chevaliers dorés 

«Nous ne savons pas vraiment ce qui s’est passé et je pense que le monde du hockey au grand complet a été sous le choc. Je n’aurais jamais quelque chose de mal à dire sur Gerard», a dit le Québécois, avec émotion, après son premier entraînement sous les ordres de DeBoer. 

«J’ai eu beaucoup d’entraîneurs que je n’ai pas aimés, mais Gerard, il ne fera jamais partie de ce groupe, a poursuivi Marchessault. [...] C’était juste bizarre et je ne voudrais pas me retrouver de nouveau dans cette situation.» 

À la lumière des propos de l’athlète de 29 ans et de ceux de plusieurs coéquipiers chez les Golden Knights, Gallant était plus qu’apprécié par ses joueurs. La relation entre Marchessault et le pilote de 56 ans a cependant quelque chose de bien particulier. 

«C’est lui qui m’a donné la chance de jouer en Floride [avec les Panthers]. Il est pas mal la raison pour laquelle je joue dans la Ligue nationale en ce moment», a exprimé le natif de Cap-Rouge. 

Première journée malaisante 

Considérant le grand respect qu’on vouait à Gallant, on peut imaginer que l’arrivée d’un ancien ennemi n’a pas nécessairement plu aux joueurs des Knights. En effet, le dernier emploi de DeBoer était derrière le banc des Sharks de San Jose, une équipe avec laquelle la formation de Vegas a développé une solide rivalité depuis son entrée dans le circuit Bettman. 

Si les patineurs des Golden Knights ont affirmé que l’eau a coulé sous les ponts et qu’il s’agit de la business du hockey, DeBoer a avoué que c’était assez spécial comme situation. 

«Je me sens très bien présentement, mais c’est évident que la première journée, c’était malaisant de mettre des habits aux couleurs de cette équipe», a affirmé l’entraîneur qui a également dirigé les Panthers et les Devils du New Jersey. 

Qu’à cela ne tienne, DeBoer n’a pas hésité à tenir une longue séance d’entraînement et à rassembler ses athlètes à plusieurs reprises au tableau, vendredi matin. 

«Ç'a vraiment bien été aujourd’hui [vendredi]. Je leur ai fait faire plusieurs choses. Ils ont exécuté et posé de bonnes questions. Je ne pense pas que cela va prendre beaucoup de temps», a exprimé l’Ontarien de 51 ans en parlant de l’ajustement de ses nouveaux joueurs à son style. 

Un geste apprécié 

Malgré le chagrin causé par le départ de Gallant et les sentiments mitigés créés par l’arrivée de DeBoer, les joueurs ont posé un geste symbolique après le premier match du nouveau pilote, un gain de 4 à 2 de Vegas sur les Sénateurs, jeudi soir, à Ottawa. 

En 2019-2020, les Golden Knights ont l’habitude de conserver toutes les rondelles de leurs victoires et de les mettre dans un cadre accroché dans leur vestiaire. Les joueurs ont toutefois décidé de remettre le disque à leur nouveau patron, un geste qui a profondément touché DeBoer. 

«C’était un moment spécial, car je sais à quel point leur semaine a été émotive et à quel point ils aimaient l’ancien personnel d’entraîneurs, a indiqué l'entraîneur. C’était un beau geste de leur part.» 

Et qui est celui ayant récupéré la rondelle pour l'offrir à DeBoer? Jonathan Marchessault. Comme quoi la page se tourne tranquillement...