/world/opinion/columnists
Navigation

Poutine russe

Coup d'oeil sur cet article

Vladimir Poutine a décidé de changer la constitution russe. La décision de Poutine a surpris. En apparence, le geste est éminemment démocratique. Poutine veut même que la nouvelle constitution soit adoptée par référendum. Mais la façon dont Poutine a présenté sa réforme constitutionnelle est étrange. 

Pourquoi fallait-il aussi renvoyer le premier ministre Medvedev ? Pourquoi procéder à une telle réforme maintenant ? Pourquoi avoir mis sur pied un conseil de 75 experts pour présenter une nouvelle constitution ? Pourquoi un délai de six mois ?

Quels changements propose Poutine ?

Poutine propose au moins six changements constitutionnels. 1) Il voudrait que désormais les présidents ne fassent que deux mandats de six ans à vie. En ce moment, la constitution interdit plus de deux mandats consécutifs. 2) Poutine propose que les juges des Cours suprême et constitutionnelle puissent être renvoyés par la Chambre haute, sur recommandation du président. 3) Poutine demande que les traités internationaux ne s’appliquent pas à la Russie s’ils vont contre la constitution russe. 4) Il veut interdire aux Russes qui ont une double nationalité d’occuper des postes importants. 5) Poutine veut que le salaire minimum soit indexé pour garantir un seuil vital minimal. 6) Il souhaite que l’indexation obligatoire des retraites soit inscrite dans la constitution.

Pourquoi cette manière de procéder est-elle étrange ?

Il n’y avait aucune raison apparente de remplacer le premier ministre à la hâte. Le nouveau premier ministre russe, Mikhail Mishustin, est un obscur fonctionnaire qui travaillait à l’impôt. Ensuite, demander à 75 personnes de réfléchir à des changements constitutionnels et de faire des propositions dans six mois manque pour le moins de sérieux. Sauf si les propositions sont déjà écrites et que les experts doivent simplement y apporter une apparence de légitimité. Enfin, faire approuver la constitution par une population est risqué, parce qu’aucune constitution ne saurait plaire complètement à tout le monde.

Que chercherait vraiment Poutine ?

Deux nouveaux problèmes sont apparus en Russie ces dernières années. D’abord, le contrôle de Poutine sur le pouvoir est tel que plusieurs commencent à redouter l’après-Poutine. En effet, la succession de Poutine est loin d’être assurée. Une nouvelle constitution pourrait aider à préparer des successeurs. Par ailleurs, la popularité de Poutine a fléchi, même si elle demeure très élevée, aux alentours de 70 %. Poutine est donc soupçonné de chercher à mettre en place de nouveaux mécanismes qui lui permettraient de continuer à diriger la Russie, sans être président ou premier ministre.

Comment la nouvelle constitution permettrait-elle à Poutine de continuer à diriger la Russie ?

La nouvelle constitution renforcerait le rôle du Conseil de sécurité russe. En théorie, cet organisme où siègent divers responsables nationaux et locaux n’est que consultatif. En réalité, il serait un véritable mini-gouvernement dirigé par Poutine. L’ancien premier ministre Medvedev vient comme par hasard d’en être nommé vice-président. Poutine pourrait très bien après 2024, à la fin de son mandat présidentiel, conserver la présidence de ce Conseil de sécurité qui serait en fait le siège du véritable pouvoir.

La nouvelle constitution a-t-elle vraiment des chances d’être adoptée par référendum ?

Une nouvelle constitution qui contiendrait des clauses contre l’ingérence étrangère, qui protégerait le salaire minimum ainsi que les retraites et qui donnerait l’impression de limiter les pouvoirs de Poutine aurait toutes les chances d’être adoptée. Ces clauses bonbon pourraient faire accepter les autres clauses sur le renforcement du pouvoir réel de Poutine.