/news/currentevents
Navigation

Les policiers abattent un homme en crise et armé de couteaux

Des chauffeurs de taxi l’ont surveillé en attendant l’arrivée de la Sûreté du Québec

Coup d'oeil sur cet article

SHAWINIGAN  |  Un homme armé et vraisemblablement en crise a été abattu par la Sûreté du Québec à quelques mètres de son logement, vendredi soir, en Mauricie, après avoir d’abord été contrôlé par des chauffeurs de taxi.

Des enquêteurs du Bureau des enquêtes indépendantes étaient à Shawinigan samedi, aidés notamment par deux techniciens en identité judiciaire de la police de Montréal.
Photo Amélie St-Yves
Des enquêteurs du Bureau des enquêtes indépendantes étaient à Shawinigan samedi, aidés notamment par deux techniciens en identité judiciaire de la police de Montréal.

Benoit Chabot, 26 ans, se promenait régulièrement en pantoufles et en pyjama, même à l’extérieur l’hiver, dans le secteur de la 7e Avenue, dans le quartier de Grand-Mère, à Shawinigan. 

Il lui arrivait de fouiller dans des cendriers à la recherche de mégots de cigarettes pas complètement fumés, selon des témoins rencontrés samedi par Le Journal.

Plusieurs ont rapporté qu’il lui arrivait aussi de se parler à lui-même, de crier, et qu’il semblait en crise au cours des dernières semaines.

Chabot se serait mis à déambuler sur la rue armé de couteaux, vendredi soir, selon le Bureau des enquêtes indépendantes, chargé de faire la lumière sur cette affaire.

Il aurait d’abord été repéré par un chauffeur de Bellemare Taxi, qui a pignon sur rue tout près, sur la même avenue. Celui-ci a averti son répartiteur, qui a contacté les policiers, vers 21 h 30.

« Agressif »

« Je lui ai dit de garder son attention », relate le directeur général de l’entreprise, Maxime Drolet, qui était au bureau à ce moment-là.

Il a également envoyé un autre chauffeur surveiller Chabot en attendant l’arrivée de la police.

« Ils étaient une voiture en avant, et une voiture en arrière de lui », poursuit M. Drolet, qui est resté en contact avec ses chauffeurs via les ondes radio.

Il pouvait voir un peu ce qui se passait de loin, et il ne fait aucun doute que l’homme était dangereux, selon lui.

« Il était agressif, il n’était pas dans un état normal », raconte le patron.

La Sûreté du Québec est arrivée en quelques minutes, et les agents lui auraient ordonné de lâcher ses couteaux. 

Ils auraient aussi tenté de le maîtriser à l’aide d’un pistolet à impulsion électrique, sans succès. 

Mort dans sa cour

« L’homme n’aurait pas obtempéré aux demandes des policiers et se serait plutôt dirigé vers eux, menaçant. Un des policiers aurait alors utilisé son arme à feu, atteignant mortellement le civil », indiquent les premières informations du Bureau des enquêtes indépendantes.

Le corps de l’homme abattu par un agent a été transporté sur une civière.
Capture d'écran courtoisie
Le corps de l’homme abattu par un agent a été transporté sur une civière.

L’individu a été abattu dans la cour de l’immeuble où il demeurait, à quelques mètres des escaliers menant à son logement.

Le Bureau des enquêtes indépendantes demande à quiconque aurait été témoin de communiquer avec lui via son site web au bei.gouv.qc.ca