/misc
Navigation

Un trou dans l’ionosphère au-dessus du Québec: pourquoi?

Un trou dans l’ionosphère au-dessus du Québec: pourquoi?
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Mon blogue portant sur les accidents nucléaires américains et le Québec a soulevé beaucoup d’intérêt il y a quelques mois. Ce ne sont pas les seuls exemples d'activités américaines qui, menées au-dessus du territoire du Québec, auraient pu avoir des conséquences imprévues.

Une étrange expérience scientifique avec des implications militaires a été réalisée à l’aide de la navette spatiale américaine au-dessus du Lac-Saint-Jean en 1985. À ce jour, elle reste entourée de mystère. 

Encore récemment, j'ai consulté des astrophysiciens et des spécialistes en physique des particules à l’occasion de la réédition de Verglas, coécrit avec Corinne de Vailly et dont l’intrigue est construite autour de cette expérience. Aucun d’eux n’a pu me fournir d’informations sur certains phénomènes qui ont entouré l'expérience en question. Attention: Verglas est un roman de science et de politique-fiction. On précise, au début du livre: «Les auteurs ne prétendent pas que les événements décrits se sont réellement produits avec les causalités qu’ils leur attribuent.»

Voici les événements réels qui ont inspiré notre thriller.  

Le 29 juillet 1985, la mission Spacelab 51-F a procédé à une ionospheric plasma depletion experiment au-dessus de Roberval, au Lac-Saint-Jean. La navette spatiale a éjecté des gaz qui ont créé le trou ionosphérique le plus important et le plus persistant jamais réalisé (Advanced Space Research, vol. 8, n1, 1988). 

Vous vous demandez pourquoi faire une telle expérience au-dessus du Lac-Saint-Jean? 

C’est que Roberval est situé à l’extrémité nord d'une ligne de champ magnétique qui s'étend dans l'espace jusqu'à une distance de quatre rayons terrestres au-dessus de l'équateur pour revenir ensuite sur terre en Antarctique. La base américaine de Siple Station, qui y était située, utilisait la magnétosphère pour transmettre des basses fréquences extrêmes (EBF) vers la localité québécoise. On peut penser que le trou ionosphérique a été créé afin que les instruments au sol puissent plus facilement capter et analyser ces transmissions. 

Des antennes installées près d’une maison de campagne à Sainte-Hedwidge-de-Roberval captaient les émissions d’EBF. L’équipement a par la suite été déplacé à Baie-du-Poste, sur le grand lac Mistassini, avant d’être transféré en Alaska (Projet HAARP).  

Quand j’ai fait mon enquête journalistique initiale, à la fin des années 80, un spécialiste américain m’avait suggéré que la mission militaire secrète de Spacelab 51-F était de développer une technologie pour communiquer avec des sous-marins en plongée en utilisant des EBF. La mission était d’ailleurs soutenue par la DARPA, l’agence de recherches avancées du Pentagone, et par l'Office of Naval Research (ONR), à travers une subvention à l'Université de Stanford. 

Ici, j’ajoute un autre mystère. Les scientifiques chargés de l’expérience ont eu la surprise de découvrir que les signaux qu'ils envoyaient à partir de Siple Station étaient extraordinairement amplifiés dans la magnétosphère terrestre par un processus inconnu, selon le Dr Jack Bowers de l'Université de Stanford. Des chercheurs du Radioscience Laboratory de l’université, Robert Helliwell et John Katsufrakis, ont écrit une étude où ils révélaient que la magnétosphère avait amplifié les EBF près de 1000 fois.  

Je n’ai trouvé sur internet aucune information concernant la suite de leurs recherches. Est-ce parce que les résultats ultérieurs ont été classifiés? 

Les scientifiques que j’ai consultés au Québec et au Canada se sont faits rassurants. Ils ne croyaient pas que les EBF amplifiées aient pu avoir des effets nocifs sur les populations qui se trouvaient sous le trou ionosphérique. Comme augmenter la fréquence des cancers du cerveau. 

Si vous avez des informations au sujet de ce dossier, je serais très heureux que vous me les transmettiez.