/world/pacificasia
Navigation

La Chine part en guerre contre les sacs de plastique

Coup d'oeil sur cet article

Aux prises avec un immense problème de production de déchets, la Chine a l'intention de bannir les sacs de plastique et les pailles dans les grandes villes du pays d'ici la fin de l'année. 

Une nouvelle politique publiée dimanche par le ministère de l'Écologie et de l'Environnement, et la Commission nationale du développement et de la réforme fait état de plusieurs mesures qui seront mises en place pour épurer l'espace public des plastiques à usage unique. 

Ainsi, les plus grandes villes du pays seront amenées à bannir les sacs de plastique à usage unique d'ici la fin de l'année, tandis que les villes de moindre importance auront jusqu'en 2022 pour emboîter le pas, ont expliqué ces agences par communiqué. 

Le même sort attend les pailles de plastique, qui disparaîtront des restaurants dès la fin de l'année. Les ustensiles de plastiques, pour leur part, seront retirés progressivement de l'industrie d'ici la fin de 2025. 

Les secteurs de l'hôtellerie, de l'expédition de colis et de l'agriculture devront aussi apprendre à se passer de plastique très rapidement, certains emballages et objets étant voués à être interdits d'ici 2022 ou 2025, selon le type d'objet et d'entreprise. 

En parallèle, la Chine compte améliorer ses capacités en matière de recyclage et privilégier des options plus vertes à la place du plastique 

Selon l'agence Bloomberg, la popularité exponentielle des commandes de repas livrés en quelques minutes a augmenté drastiquement la quantité de déchets plastique générée par l'industrie de l'alimentation au cours des dernières années. 

La Chine a aussi coupé ses importations de matière recyclable en plastique devant la quantité de déchets que générait cette industrie sur son territoire, perturbant le fonctionnement des systèmes de recyclage internationaux. 

Au Canada, le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé, en juin dernier, avoir l'intention de bannir les plastiques à usage unique d'ici 2021. Aucune loi n'a toutefois été adoptée en ce sens à ce jour.