/world/europe
Navigation

L’avenir de Harry et Meghan, ce que l’on sait

L’avenir de Harry et Meghan, ce que l’on sait
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Voici ce que l’on sait sur l’avenir du prince Harry et de son épouse, Meghan, qui ont renoncé à leur rôle au sein de la famille royale britannique pour aller vivre la majeure partie de l’année avec leur fils, Archie, en Amérique du Nord.   

• À lire aussi: Déchus de leur statut, Harry et Meghan laissent place à une famille royale resserrée  

Comment vont-ils être désormais désignés?   

«Étant donné qu’ils ne sont plus des membres actifs de la famille royale», le couple a renoncé à prétendre à leur statut d’Altesse Royale, a-t-il annoncé, samedi soir, dans un communiqué.      

Ils seront désormais désignés comme Harry et Meghan, et conservent leur titre de duc et duchesse de Sussex, accordé par la reine à Harry au matin de son mariage avec l’actrice américaine.    

Mais pour l’ancien secrétaire de presse Dickie Arbiter, «cela ne va pas empêcher les Américains de les désigner par ce titre s’ils le veulent», citant le précédent de Wallis Simpson.     

Quand le roi Edward VIII, oncle de la reine actuelle, avait abdiqué en 1936 pour épouser cette Américaine divorcée, celle-ci «n’a pas reçu le titre d’Altesse Royale et, pourtant, les Américains la désignaient parfois comme» telle, détaille-t-il dans le Sun.     

Harry pourra continuer à être désigné comme «prince», puisqu’il s’agit d’un titre relatif à sa naissance.       

  • À voir aussi:   

  

  

De quoi vont-ils vivre? Harry et Meghan ont annoncé, le 8 janvier, vouloir prendre leur indépendance financière et s’installer une partie de l’année en Amérique du Nord, renonçant à l’allocation royale que leur accordait la reine pour leurs fonctions de représentation.     

Mais cela ne représente que 5% de leurs revenus, le reste provenant d’une dotation financière que le prince Charles, le père de Harry, verse à ses enfants. L’avenir de cette dotation, estimée «l’année dernière, à environ 2,3 millions de livres (3,9, millions de dollars canadiens)» par le Sun, est encore incertain.    

Alors que ces nouvelles dispositions prendront effet «au printemps», a annoncé Buckingham Palace dans son communiqué, le couple devra trouver de nouveaux moyens de subsistance, et conséquents, car il s’est notamment engagé à rembourser les 2 millions dépensés sur des fonds publics pour rénover leur résidence à Windsor, le Frogmore Cottage.     

Les Sussex pourront capitaliser sur leur image et le passé professionnel de Meghan: l’ancienne actrice de télévision américaine, qui s’était fait remarquer dans la série Suits, dispose de nombreux contacts, d’Oprah Winfrey à l’ancien couple présidentiel américain Obama, dont elle pourrait suivre l’exemple.     

Ceux-ci ont, en effet, monté leur propre société de production et signé un contrat lucratif avec Netflix, qui distribue désormais leurs contenus. Le responsable du contenu de la plateforme de streaming, Ted Sarandos,a d’ailleurs déclaré dimanche qu'il souhaitait travailler avec les Sussex.     

Selon l’agence PA, la duchesse aurait, en outre, signé un contrat avec Disney pour doubler des voix, mais les bénéfices de cet accord seront reversés à une association de protection des éléphants, soutenue par Harry, dont la future carrière reste encore entièrement à dessiner.     

Peuvent-ils revenir en arrière?   

Techniquement, Harry a renoncé à utiliser son titre d’Altesse Royale, mais celui-ci n’est pas pour autant supprimé.     

«En théorie, son titre d’Altesse Royale existera toujours et il y aurait plein de travail pour lui» s’il décide de revenir, explique la BBC, qui estime un «retour serait possible», mais «probablement pas dans les mêmes conditions ».     

En se retirant de son rôle de premier plan dans la famille royale, Harry a en effet aussi dû abandonner ses «engagements militaires officiels», selon son porte-parole, dont le poste de capitaine général de la Marine royale.     

Comme d’autres, cette fonction, que son grand-père, le prince Philip, avait occupé pendant 65 ans avant de lui passer le flambeau, devra être reprise par quelqu’un d’autre.