/finance
Navigation

Les difficultés financières sont répandues au pays

Coup d'oeil sur cet article

Les ménages canadiens aux prises avec une situation financière précaire sont nombreux, et ce phénomène touche aussi ceux gagnant des revenus importants, selon une recherche du laboratoire d’analyse de données financières de l’Université Western-Laurier, en Ontario.  

«Un tiers des répondants sont dans une mauvaise situation financière, ce qui nous fait conclure que le stress financier est un problème endémique chez les travailleurs canadiens depuis de nombreuses années», ont conclu les chercheurs après avoir analysé 35 000 réponses d’un sondage annuel réalisé depuis 11 ans par l’Association canadienne de la paie, qui a participé à cette étude.  

Un faible revenu familial augmente le risque d’être dans une situation financière précaire, car la moitié des foyers gagnant moins de 50 000$ ont de la difficulté à épargner et à faire face à un imprévu financier. Ils dépensent aussi tout leur salaire et ont un taux d’endettement élevé. Environ un ménage sur cinq engrangeant 150 000$ ou plus connaît les mêmes difficultés.  

L’âge est un facteur négligeable, selon cette étude.  

«Les plus jeunes semblent légèrement plus susceptibles d’être stressés financièrement, mais la moitié des personnes appartenant à ce groupe ont plus de 40 ans, et le quart ont plus de 50 ans», affirment les auteurs de l’Université Western-Laurier.  

Cette recherche précise que la précarité financière n’est pas du tout liée au lieu de résidence au pays ni au sexe du répondant.  

À l’opposé, un tiers des ménages se trouve dans une bonne situation financière, caractérisée par de «saines habitudes d’épargne», une faible dette et une capacité à faire face à des dépenses inattendues. Seulement un ménage sur cinq gagnant 50 000$ ou moins est classifié comme étant à l’aise financièrement, contre la moitié de ceux gagnant 150 000$ ou plus.  

L’autre tiers des répondants se retrouve dans une situation financière moyenne, entre les deux pôles.