/sports/fighting
Navigation

Eleider Alvarez passe à la vitesse supérieure

Coup d'oeil sur cet article

Eleider Alvarez n’est pas du genre à prendre du repos après un gros combat, mais son entraîneur lui a quand même donné quelques jours de congé.

«On lui laisse une semaine de congé pour se fixer un nouveau défi», a statué Ramsay en entrevue avec la chaîne TVA Sports, lundi. 

Remis d’une blessure à un tendon d’Achille, Alvarez remontait sur le ring après presque un an d’absence pour infliger un sévère K.-O. technique à l’Américain Michael Seals, samedi à Verona, dans l’État de New York. 

«Storm» a mis du temps à se mettre en marche, ce qui est normal après 350 jours sans combat. 

«Je voyais qu’Eleider avait de la misère à trouver ses repères, sa distance, sa coordination, a constaté son entraîneur. Ça faisait quand même un an qu’il était loin du ring, alors l’adaptation a été un peu difficile, mais quand on a réussi à bien calculer nos distances, le travail a été fait.» 

Le prochain adversaire d'Alvarez? 

Maintenant, il faut accélérer le pas. 

Le boxeur de 35 ans – bientôt 36 – ne cache pas que la fin approche. Ramsay veut s’assurer d’obtenir le maximum pour son protégé. 

«C’est le dernier tour de piste; pas pour être pécuniaire ou pour une question de sous, mais pour ne pas devenir un esclave de la boxe et pouvoir décider quand ça va être assez, être libre de nos décisions.» 

«Il y a une fierté à monter un gars champion du monde, mais il y a aussi une fierté pour un entraîneur de l’amener à une retraite en bonne santé.» 

Quand on parle du prochain défi d’Alvarez, le nom de Joe Smith fils revient souvent. 

«Ça semble être l’option numéro 1 pour le moment. C’est sûr qu’il y a un aspect monétaire maintenant dans la carrière d’Eleider», a admis Ramsay. 

Ramsay aimerait qu’Alvarez remonte dans le ring en avril prochain ou en début mai, au plus tard.