/qubradio
Navigation

Les hommes violents envers leur femme doivent être sanctionnés pour la garde des enfants

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF) déplore que la justice ne tienne pas assez compte de la violence conjugale pour déterminer les modalités de garde d’enfants.  

Les autorités appliquent le principe voulant que ce n’est pas parce qu’un homme a été un mauvais conjoint qu’il sera un mauvais père, ce que regrette la directrice générale de la FMHF, Manon Monastesse.   

«On dissocie les comportements comme si on parlait de deux personnes différentes [le conjoint violent et le père de famille]», a-t-elle regretté, lundi matin, à l’émission Dutrizac sur QUB radio. Manon Monastesse s’explique mal pourquoi les cas de violence conjugale ne sont pas pris en compte dans les dossiers de garde d’enfants.   

  

  

«On dissocie vraiment le père du mauvais conjoint et ça, pour nous, c’est extrêmement dangereux, parce qu’on sait que les impacts sur les enfants, même s’ils ne sont que des témoins visuels, ils sont aussi des victimes», a-t-elle soutenu.   

«C’est extrêmement traumatisant de savoir que ta mère est victime de violence physique et de violence psychologique. Ça marque les enfants et ça les stresse énormément.»   

La directrice de la FMHF dénonce que «tant qu’il n’y a pas vraiment de violence physique directe envers les enfants, les tribunaux ne semblent pas en tenir compte».   

«Pour nous, c’est un paradoxe, parce qu’on sait qu’en violence conjugale, ce que veulent les conjoints, c’est d’avoir le contrôle total, a-t-elle expliqué. Et pas seulement sur leur conjointe, c’est sur leurs enfants aussi qu’ils exercent leur contrôle et leur domination.»   

«S’ils [les conjoints violents] n’ont jamais été à l’écoute des besoins de la mère, ils ne seront pas plus à l’écoute des besoins des enfants», a-t-elle insisté.   

Selon elle, «il faut leur faire comprendre l’impact de leurs comportements violents sur leurs enfants».   

  

Si vous avez besoin d'aide    

SOS violence conjugale      

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions