/qubradio
Navigation

Nouveau virus semblable au SRAS en Chine: les Québécois doivent-ils s’inquiéter?

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois doivent-ils s’inquiéter du nouveau virus, proche du SRAS, qui a fait six morts en Chine et qui s’étend à d’autres pays en Asie?  

«On reste préoccupés, mais pour l’instant, je ne pense pas que les Québécois ont à s’inquiéter de la situation en Chine», a soutenu lundi le Dr Jasmin Villeneuve, médecin-conseil à l’Institut national de la santé publique du Québec.    

En entrevue à l’émission Les Effrontées sur QUB radio, le Dr Villeneuve a expliqué qu’il était toujours impossible de connaître «l’intensité de la transmission» de ce coronavirus dont les symptômes «ne sont pas très différents» d’un rhume ou d’une grippe.    

«Est-ce que tout le monde transmet au même niveau et quels sont les facteurs qui font qu’une personne va devenir malade et l’autre non? Ça, on ne le sait pas encore.»    

Bien que les informations au sujet du nouveau virus sont toujours partielles, celui-ci semble pour l’instant moins intense que le SRAS, dont l’épidémie avait marqué la planète en 2002 et 2003.    

Les causes exactes des décès liés au nouveau virus ne sont d’ailleurs toujours pas connues, a insisté Jasmin Villeneuve. «La première personne [qui est morte du virus] semblait avoir des maladies qui la rendaient plus fragile. Mais est-ce que c’est le cas pour toutes les autres? [...] On ne le sait pas pour le moment.»    

Propagation plus rapide  

Si les dangers de propagation au pays restent faibles, il faut demeurer vigilant. Avec l’accélération des transports, les maladies, qui étaient autrefois localisées, «se transmettent beaucoup plus rapidement dans le monde», a prévenu le Dr Villeneuve.    

Aujourd’hui, en 48 heures, «on part de la Chine et on est rendu chez nous. On n’a même pas le temps d’être malade, parce que le virus est souvent en incubation et peut se développer chez nous», a-t-il fait remarquer.    

Pour prévenir une propagation du virus au Canada, les principaux aéroports au pays vont par ailleurs soumettre les voyageurs en provenance de la Chine à un triage, a expliqué Jasmin Villeneuve. L’objectif est d’identifier rapidement les voyageurs qui sont malades et de déterminer ensuite s’ils sont atteints du virus.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions