/world/pacificasia
Navigation

On saura mercredi si le virus est une urgence internationale

Les autorités canadiennes se font rassurantes quant aux risques de propagation

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités mondiales de santé publique se réuniront mercredi afin de statuer s’il faut déclarer le nouveau virus, qui a fait jusqu’à présent six morts en Chine et plus de 200 personnes infectées en Asie, comme étant une « urgence de santé publique de portée internationale ».   

• À voir aussi: [VIDÉO] Du personnel médical surgit dans un avion 

• À lire aussi - Les Québécois doivent-ils s’inquiéter?  

Il s’agit d’une qualification qui n’est utilisée par l’Organisation mondiale de la santé que pour les épidémies les plus graves, comme la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola qui a ravagé des pays en Afrique.     

AFP

Pendant ce temps, le gouvernement canadien s’est fait rassurant lundi devant la propagation du coronavirus, qui est de la famille du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).         

« C’est important de prendre le tout sérieusement, d’être vigilant et préparé, mais je ne crois pas qu’il y ait une raison pour nous de paniquer ou d’être trop préoccupé », a affirmé Theresa Tam, administratrice en chef de la Santé publique du Canada.         

Les autorités chinoises ont toutefois confirmé lundi la première propagation d’humain à humain et un sixième décès lié à ce virus.      

AFP

Trois cas négatifs au Canada  

Jusqu’à présent, trois possibles cas d’infection ont été examinés au Canada, mais ils se sont tous avérés négatifs, a soutenu la Dre Tam, lors d’une conférence téléphonique médiatique.          

Elle n’a pas voulu indiquer les villes canadiennes où la situation s’est produite, mais a confirmé que les trois voyageurs s’étaient récemment trouvés à Wuhan, la ville chinoise où l’épidémie aurait débuté.          

AFP

La Dre Tam a souligné que le risque de propagation de la maladie au Canada est « considéré comme faible », mais que des mesures seraient toutefois mises en place dans les jours à venir, notamment dans des aéroports.          

Outre la Chine, qui est la plus affectée avec au moins 217 cas confirmés, trois autres pays ont admis être touchés par ce virus : le Japon, la Corée du Sud et la Thaïlande.          

Les informations au sujet du nouveau virus sont toujours incomplètes à ce stade-ci, mais il ne s’agit pas d’une situation inquiétante pour l’instant, a estimé un expert consulté par Le Journal.         

AFP

« Il peut donner un fardeau respiratoire important, de la fièvre, notamment. On ne connaît pas réellement le taux de mortalité, mais c’est plus élevé qu’un simple rhume. Il est encore difficile de se prononcer. Et puis, il n’y a pas de vaccin », a précisé le Dr Karl Weiss, président de l’Association des médecins microbiologistes-infectiologues du Québec.         

« Il faut seulement rehausser son niveau de vigilance, que les mécanismes de triage soient à l’affût et avoir un niveau de préparation adéquat », a-t-il ajouté.         


Une question de contrôle supplémentaire sera posée à tous les voyageurs internationaux arrivant aux aéroports de Montréal, de Toronto et de Vancouver afin de déterminer s’ils ont visité Wuhan. Auquel cas, ils seront soumis à des tests supplémentaires en prévention de la propagation.   

Les étapes de sa propagation  

31 décembre 2019  

Première alerte reçue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les autorités chinoises dévoilent l’émergence dans la ville de Wuhan d’une série de cas de pneumonies d’origine inconnue. Un important marché de poissons est fermé le lendemain et des mesures d’isolement des patients sont prises.         

9 janvier 2020  

Ces pneumonies sont dues à un nouveau coronavirus, selon les premières analyses de séquençage du virus conduites par des équipes chinoises. On compte alors 59 personnes atteintes, dont sept dans un état grave.         

11 janvier 2020  

Un premier décès annoncé, en Chine.         

13 janvier 2020  

Un premier cas d’une personne infectée en dehors de la Chine, en Thaïlande, est signalé. Une femme qui revenait d’un voyage à Wuhan.          

16 janvier 2020  

Maladie détectée chez un Japonais ayant séjourné début janvier à Wuhan.         

17 janvier 2020  

Un deuxième patient chinois meurt.         

20 janvier 2020  

Un troisième mort et plus d’une centaine de nouveaux cas sont annoncés en Chine, ce qui alimente l’inquiétude à quelques jours d’une période traditionnelle de voyages pour fêter le Nouvel An chinois, le 25 janvier.          

– Avec l’AFP