/misc
Navigation

Bienvenue au Temple de la renommée

Coup d'oeil sur cet article

Les portes du Temple de la renommée du baseball sont ouvertes pour Larry Walker, l’ancien voltigeur vedette des Expos, des Rockies du Colorado et des Cardinals de St. Louis. Des gens d’ici ont tenu à souligner ce grand moment, mardi.

Photos Pascale Vallée et d’archives

Geneviève Tardif, animatrice à l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports aux côtés de Jean-Charles Lajoie, est en compagnie de Guy Gobeil Jr. et Gerry Bibeault.  

Voula Bourdakos est en compagnie d’Angela Miel, Peter Giannias, Annakin Skayd, auteur-compositeur Exposnation, et du préposé au vestiaire des Expos « Moose ». 

Marc Griffin, Serge Touchette et Alain Chantelois ont suivi de près la carrière du nouveau membre du Temple de la renommée, Larry Walker. 

Deux jeunes joueurs de baseball, Cédric Rotari, Collège Ahuntsic, et Vincent Rotari, midget AA Laval, portaient fièrement la casquette des Expos. 

Les amateurs de baseball étaient réunis pour célébrer le grand jour à la Taverne 1909 Signé St-Hubert à Laval. Pierre Salvo et Vincent Ragosta entourent Jackie Paul et Éric Bourbonnais. 

Le lanceur Denis Boucher, coéquipier de Larry Walker, est entouré de Perry Giannias, fondateur d’Exposfest, et Jimmy Zoubris, de la Ville de Montréal.

JMTL

La grande famille des Expos peut maintenant compter sur Larry Walker, Gary Carter, Andre Dawson, Tim Raines et Vladimir Guerrero au Temple de la renommée. 

Honneur mérité

Le summum d’une carrière d’un athlète est sans aucun doute d’être intronisé au Temple de la renommée de son sport. Cela signifie qu’il fait partie des plus grands.

Après une longue attente de 10 ans, Larry Kenneth Robert Walker a été élu mardi au Temple de la renommée du baseball. Le grand voltigeur mérite sans aucun doute sa niche à Cooperstown. Il vient rejoindre le seul autre Canadien qui a sa plaque dans la grande salle des immortels, le lanceur ontarien Ferguson Jenkins.

Je pourrais mettre en lumière les statistiques de Walker, mais je préfère de loin évoquer l’homme que j’ai connu. Drôle de coïncidence, Larry était un gardien de but pendant sa jeunesse à Maple Ridge, en Colombie-Britannique.

À ses débuts dans le réseau de filiales des Expos, le longiligne jeune homme évoluait au poste de troisième-but. Lors d’une soirée tranquille à Montréal, j’étais en présence du regretté directeur général des Expos Jim Fanning et de mon collègue Jacques Doucet. La conversation tournait autour des succès que Larry connaissait dans les rangs mineurs.

Athlète complet

Monsieur Fanning louangeait le talent offensif du grand frappeur gaucher, mais dans la même phrase, il soulignait que son jeu défensif à l’avant-champ laissait à désirer.

Quelques semaines plus tard, M. Fanning nous confiait que l’organisation des Expos avait pris la décision de convertir Larry en voltigeur, car son talent offensif ne pouvait pas être ignoré.

Larry n’a déçu personne, car il est devenu l’un des plus grands voltigeurs. Il a connu une carrière exceptionnelle autant offensivement que défensivement. Il aurait pu voler facilement 50 buts par saison.

Larry Walker rejoint à Cooperstown Gary Carter, Andre Dawson, Tim Raines et Vladimir Guerrero, qui ont tous été développés au sein du réseau des filiales des Expos.

De sa Floride, Charles Bronfman, l’ancien propriétaire des Expos, a sûrement souri à belles dents à l’annonce de la nouvelle. Larry ! Larry ! Larry ! Bonsoir, tu es arrivé au Temple de la renommée !

J’ai hâte de le voir sur la grande estrade.