/sports/hockey/canadien
Navigation

Contribution minime: les joueurs rappelés du Rocket peinent à récolter des points

SPO - ENTRAINENEMENT DU ROCKET PLACE BELL
Photo d’archives Ryan Poehling et Dale Weise ont disputé un total de 32 matchs avec le grand club cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

Si l’échéancier prévu au départ demeure inchangé, Jonathan Drouin et Paul Byron devraient être en mesure de revenir au jeu la semaine prochaine. Voilà qui fera le plus grand bien au Canadien.  

Respectivement blessés à un poignet et à un genou, Drouin et Byron sont sur la touche depuis la mi-novembre. Leur absence, à laquelle s’est ajoutée en cours de route celle de Joel Armia (de retour) et de Brendan Gallagher (dont la situation devient de plus en plus mystérieuse), a rappelé à quel point le manque de profondeur du Canadien est criant.  

Quand Claude Julien est obligé, au grand dam de plusieurs partisans, d’utiliser Jordan Weal et Nick Cousins au sein de la même unité en avantage numérique, c’est la preuve que ses options sont plus que limitées.  

Il faut dire que l’aide obtenue de la part des joueurs rappelés du Rocket, l’équipe-école de la Ligue américaine, a été plutôt timide. Depuis le début de la campagne, les huit joueurs rappelés de la filiale n’ont inscrit que cinq points en 67 matchs (moyenne de 0,07 point par rencontre).   

Dale Weise est le plus productif avec trois passes. De son côté, Ryan Poehling est le seul buteur du groupe (une réussite en 23 matchs).  

Points perdus  

Bien sûr, on ne peut demander à des jeunes inexpérimentés et des vétérans marginaux de traîner l’équipe sur leurs épaules.  

Toutefois, considérant que 13 des 20 derniers revers de l’équipe ont été encaissés par l’écart d’un but (dans trois autres cas, par un but dans un filet désert), on peut estimer qu’une contribution à peine plus soutenue aurait permis aux Montréalais de grappiller quelques points de plus ici et là.  

Le Canadien ne serait probablement pas à huit points d’une place en séries éliminatoires (avant les matchs de mardi).  

D’ailleurs, depuis le 16 novembre, date à laquelle l’infirmerie a commencé à se remplir, le Tricolore a traversé deux séquences de huit matchs sans victoire. Depuis cette date, le Tricolore arrive au 22e rang dans la colonne des buts marqués par match (2,74).   

À titre comparatif, il pointait au 6e rang (3,53) au terme des rencontres du 15 novembre.  

Aide extérieure  

Ailleurs dans l’Association de l’Est, plusieurs équipes ayant eu recours à des rappels ont obtenu des rendements avantageux de joueurs venus en renfort. Les Maple Leafs (0,33 point par match), les Bruins (0,31) et les Flyers (0,28) ont obtenu les meilleurs rendements. Le Canadien pointe tout juste devant les Hurricanes, qui ferment la marche, à 0,05 point par match.  

Au sein de la plupart des formations, au moins un joueur a su se démarquer. À Boston, Anders Bjork (15 points en 42 matchs) a convaincu les Bruins de lui faire une place. Idem pour le défenseur Philippe Myers (14 points en 31 matchs) et Joel Farabee (14 points en 39 matchs) chez les Flyers ou même Filip Zadina (13 points en 25 matchs) à Detroit.  

Puisqu’il s’agit de jeunes espoirs, plusieurs diront qu’ils sont l’équivalent de Nick Suzuki (27 points en 50 matchs), à la différence que ce dernier a amorcé la saison dans la LNH. Soit.  

Toutefois, le Canadien n’a pas trouvé d’équivalence pour les Curtis Lazar (8 points en 19 matchs à Buffalo), Nathan Gerbe (8 points en 14 matchs à Columbus), Dominic Toninato (9 points en 29 matchs en Floride), Pierre Engvall (14 points en 27 matchs à Toronto).  

En fait, il a fallu que Marc Bergevin ait la brillante idée (ou un courage motivé par le désespoir) de mettre Ilya Kovalchuk (8 points en 8 matchs) sous contrat pour y arriver.