/news/politics
Navigation

François Legault n’exclut pas de voler au secours de Bombardier

François Legault n’exclut pas de voler au secours de Bombardier
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Québec, François Legault, laisse planer la possibilité de voler au secours de Bombardier, pour qui les mauvaises nouvelles ne cessent de s’accumuler.

« Je suis le dossier de Bombardier de très près », a assuré le chef de gouvernement, mardi, en réaction aux tuiles qui ne cessent de s’abattre sur la multinationale québécoise.

La semaine dernière, le grand patron de Bombardier, Alain Bellemarre, a prévenu que les résultats de l’année 2019, qui seront dévoilés dans deux semaines, seront inférieurs à ceux espérés.

Le titre en bourse de l’entreprise a depuis subi une importante dégringolade.

Prudence

Bombardier remet notamment en question sa participation au programme A220 (anciennement C Series) et envisage de se départir de sa division d’avions d’affaires.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

De son côté, Airbus voudrait que le gouvernement du Québec réinvestisse dans l’A220.

 « À ce moment-ci, je ne peux pas vous en dire plus », a dit le premier ministre, lorsque questionné à savoir si une aide financière supplémentaire de l’État québécois était exclue.

« Beaucoup d’emplois »

Chose certaine, M. Legault refuse que Bombardier devienne un puits sans fond où engloutir des fonds publics. « Écoutez, on va s’assurer que non », a indiqué le premier ministre.

 

François Legault n’exclut pas de voler au secours de Bombardier
Photo d'archives, Simon Clark

« Évidemment, il y a beaucoup d’emplois, a-t-il rappelé. Dans l’aéronautique, il y a [au Québec] à peu près 15 000 emplois directs, au total 40 000 emplois, dans le secteur transport, il y a quelques milliers d’emplois. Donc, il faut protéger ces emplois.

« J’ai déjà dit, donc je le répète, que je pense que ce n’était pas une bonne idée d’investir dans des avions commerciaux pour se battre contre les deux géants que sont Airbus et Boeing », a réitéré M. Legault.

« Je pense que le gouvernement libéral a fait une erreur de mettre 1,3 milliard $ seulement dans la division de la C Series, qui s’appelle aujourd’hui Airbus 220 », a ajouté le premier ministre caquiste.