/sports/opinion/columnists
Navigation

Geoff Molson et la médiocrité

Geoff Molson
Photo d’archives, Chantal Poirier Geoff Molson ne semble avoir aucune exigence pour ses hommes de hockey.

Coup d'oeil sur cet article

Non, mais dirait Mme Simard, ça fait-y du bien de voir jouer un Canadien qui a du talent!  

Carey Price a du talent. Shea Weber aussi. Mais c’est pas pareil. Un attaquant qui a le sens du but, qui patine avec élégance et puissance, qui voit le jeu et qui prend les bonnes décisions, souvent avec panache, me semble que ça fait longtemps qu’on a vu ça.      

Tellement que le dernier avant Kovalchuk était probablement Alex Kovalev. Même si Jonathan Drouin, par moments, nous fait entrevoir un potentiel qui ne demanderait qu’à s’exprimer. Si le coach l’aimait et lui faisait confiance.   

En attendant que Jonathan et peut-être Nick Suzuki leur en mettent plein la vue, les fans se régalent d’Ilya. Le premier but, samedi soir contre Vegas, puis l’autre en tirs de barrage ont fait bondir les gens dans le Centre Bell. Compter, c’est une chose, le faire avec classe et noblesse, c’en est une autre. Kovalchuk en est capable. Profitons-en pendant que ça passe. Il ne lui reste peut-être qu’une quinzaine de jours à Montréal.    

ÉCOUTEZ l'entrevue de Réjean Tremblay, sur QUB radio:

EN ARRIÈRE POUR LAFRENIÈRE?  

Il y a deux semaines à peine, certains animateurs de radio lançaient un nouveau slogan : En arrière pour Lafrenière!!! D’autres souhaitaient une défaite du Canadien à tous les matchs pour améliorer les chances de l’équipe de repêcher la merveille de Rimouski.      

Un expérimenté collègue voulait même que Marc Bergevin envoie à Laval avec le Rocket certains de ses vétérans pour faire jouer des jeunes et ainsi gagner sur deux fronts. Leur donner de l’expérience et surtout, perdre pour Lafrenière.      

Pendant ce temps, les proches d’Alexis Lafrenière à Rimouski prient le Bon Dieu et Allah pour que le jeune homme ne se retrouve pas à Montréal. Ils lui souhaitent une belle carrière dans le plaisir.     

Mais, dirait Mme Artémise Simard avec son gros bons sens, on fait quoi avec les caves qui payent 383 $ pour UN ticket dans les rouges pour voir les Maple Leafs de Toronto? Ou plus de 300 $ pour les Penguins de Pittsburgh? On les écœure et on leur demande de traverser le pont et d’aller encourager les gros noms à Laval à 35 $ la game?     

Mme Simard n’est pas économiste même si elle fait des ménages chez les intellectuels de l’UQAM. Mais Mme Simard a compris que les vrais patrons du CH sont ceux qui payent le très gros prix pour assister aux matchs en achetant des abonnements de saison. Et les dirigeants de RDS et de TVA Sports qui payent plus de 100 millions pour présenter les matchs du Canadien et des séries. Le vrai argent, c’est là. Le reste, c’est le crémage sur le gâteau.      

Les autres, les fans ordinaires qui achètent une casquette faite en Chine du CH, tous ceux qui vivent et qui meurent pour leur équipe, ils comptent parce qu’ils servent à gonfler les cotes d’écoute. Sinon, on les manipule avec des phrases creuses et des promesses songées.      

Geoff sourit  

Si les fans étaient pris au sérieux et n’étaient pas quantité acquise, Geoff Molson serait moins souriant et plus exigeant. Vous avez vu ce qui est arrivé à Rejean Shiro et Gerard Gallant? Leurs équipes ne gagnaient pas assez de matchs, ils ne progressaient pas au rythme que voulaient les hauts dirigeants et les propriétaires, dans le temps de le dire, ils ont été congédiés. Bonsoir, quatre défaites et ils sont partis.     

Quatre défaites, c’est la moitié d’une série de huit défaites. C’est le quart de deux séries de huit! Et le monde capote quand Ilya Kovalchuk marque un beau but! Seize défaites dans deux séries honteuses. Claude Julien répète ad nauseam les lignes préparées par les relationnistes, et Marc Bergevin va livrer ses pensées songées à la presse de Toronto et Geoff Molson sourit.     

Geoff sourit, Claude fait de son mieux avec les éléments qu’on lui donne et Marc fait ce qu’il fait de mieux, se pousser, et tout va bien madame la marquise.      

Geoff Molson ne semble avoir aucune exigence pour ses hommes de hockey. Quand une compagnie est toute croche et ne livre pas de résultats, c’est le cas du Canadien sur la patinoire, c’est le président qui est responsable en fin de compte.      

Les Glorieux sont médiocres parce que Geoff Molson accepte qu’ils soient médiocres. Avec une action Molson-Coors en bourse qui a subi dans la dernière année une glissade catastrophique et un siège social qui se vide à Montréal, sans doute que M. Molson a bien d’autres chats à fouetter qu’une équipe qui de toute façon remplit son Centre...     

Kim Clavel : le grand risque     

Kim Clavel a décidé de tourner le dos à Camille Estephan et Eye of The Tiger Management. C’est une décision risquée dans la vie d’une boxeuse professionnelle. EOTTM lui avait déniché 11 combats en deux ans.      

Mais Kim Clavel s’entraînait avec Danielle Bouchard, une coach d’expérience qui fait du bon travail avec son athlète. Sauf que Mme Bouchard est la conjointe de Stéphan Larouche, un personnage considéré comme un traître chez EOTTM. Une histoire compliquée de tentative de former une compagnie de promotion avec Anna Reva en prenant le contrôle de la carrière du talentueux Sadriddin Akhmedov. Larouche m’a raconté s’être même rendu au Kazakhstan pour son projet.      

Kim Clavel s’est entraînée à la fin de novembre et au début de décembre à Porto Rico en même temps que Jean Pascal... et Stéphan Larouche. L’autre membre de l’équipe étant Pierre Bouchard, frère de Danielle.      

Kim Clavel a choisi de s’entraîner avec Danielle Bouchard sans se priver des conseils et de la présence de Stéphan Larouche. On peut la comprendre.      

Elle va sans doute se retrouver avec GYM ou avec une compagnie de promotion formée autour de Jean Pascal et Stéphan Larouche.      

Kim Clavel est aimée par les fans. Juste à souhaiter que les choses tournent pour le mieux pour elle.   

  

À VOIR ÉGALEMENT...