/sports/football
Navigation

Laurent Duvernay-Tardif impatient d’en découdre avec les 49ers au Super Bowl

Laurent Duvernay-Tardif
Photo Courtoisie, Steve Sanders Laurent Duvernay-Tardif (76) protégeant le quart-arrière Patrick Mahomes, qui tient le ballon, lors de la finale de division le 12 janvier à Kansas City.

Coup d'oeil sur cet article

Tranquillement, les émotions de la victoire des Chiefs en finale de conférence retombent. Déjà, les préparatifs pour le 54e Super Bowl vont bon train. S’il savoure pleinement le fait de prendre part à cet événement sportif plus grand que nature, le 2 février à Miami, Laurent Duvernay-Tardif sait que le défi qui l’attend face au redoutable front défensif des 49ers s’avère colossal. 

Lorsque Le Journal a rencontré le docteur à son casier dans le vestiaire euphorique des Chiefs dimanche soir, les confettis ramenés du terrain jonchaient le sol. Duvernay-Tardif et ses coéquipiers exultaient. 

Deux jours plus tard, lors d’une conférence téléphonique avec les médias du Québec, le garde savourait toujours ce qui arrivait à son équipe et lui, mais après les célébrations avec ses proches à Kansas City, le revoilà vite en mode affaires. 

« À partir du moment où tu joues dans la NFL, c’est le but ultime de gagner le Super Bowl. C’est pour ça que tu te prépares et que tu t’entraînes aussi fort à l’année longue.  

« Depuis que [le quart-arrière] Patrick Mahomes est là avec nous, on est tous confiants en nos habiletés. On a une équipe extrêmement talentueuse avec une nouvelle défensive qui fait de nous une équipe plus équilibrée et qui nous permet d’aller chercher ce titre-là », a-t-il indiqué dans l’unique entrevue qu’il accordera d’ici la soirée des médias, lundi, à Miami. 

Place aux 49ers 

Pendant les festivités d’après-match, la finale de l’autre conférence, la nationale, battait toujours son plein. 

Dans cette rencontre à sens unique, les 49ers ont écrasé les Packers et prouvé que les Chiefs n’ont qu’à bien se tenir, particulièrement sur la ligne offensive. 

Les 48 sacs du quart des 49ers en saison leur procurent le cinquième rang et ils n’ont pas ralenti la cadence en séries avec neuf sacs additionnels. 

« C’est l’un des plus gros défis auxquels on aura eu à faire face cette année. Individuellement, on a peut-être déjà rencontré des joueurs plus talentueux, mais collectivement, ce sera de loin le meilleur front défensif qu’on va avoir affronté », a tranché Duvernay-Tardif.  

« Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur avec Nick Bosa, Dee Ford, Arik Armstead... Ce sont tous des joueurs talentueux, longs et athlétiques. Il faut bien faire nos devoirs », a-t-il ajouté au sujet de ce front qui compte cinq choix de première ronde. 

Protéger Mahomes 

Pour Duvernay-Tardif et ses acolytes, la mission première sera donc de protéger le joyau, Patrick Mahomes, de la pression de l’adversaire. 

« La bonne nouvelle, c’est qu’on a offert à Patrick une très bonne protection dans les dernières semaines. On a été très efficaces contre les jeux croisés sur la ligne de mêlée, donc il faut continuer et donner le plus de temps possible au meilleur quart-arrière de la ligue. Si on peut faire ça, nos chances de gagner vont être d’autant plus augmentées », a-t-il évalué. 

Un événement grandiose 

Duvernay-Tardif sait que les yeux du Québec seront tournés vers lui lors du grand duel. À l’échelle planétaire, des centaines de millions d’amateurs seront rivés au petit écran. 

« Ce qui me fascine, c’est l’ampleur du Super Bowl. C’est un événement qui transcende le football et même le sport en général. Le fait d’y participer, c’est fou... mais maintenant il faut le gagner ! », a-t-il prévenu. 

« Quand je suis allé à Kansas City pour vivre ce rêve-là et retarder celui de la médecine, tous les sacrifices que j’ai faits, c’était pour mettre toutes les chances de mon côté pour aller jusqu’au bout. Autant c’est intimidant une finale de conférence et un Super Bowl, autant ça a toujours été mon but. Tu dois en profiter. » 

Les deux équipes débarqueront à Miami dimanche afin de peaufiner les derniers préparatifs au cours de la semaine.