/opinion/columnists
Navigation

Le nationalisme québécois assiégé

Fête nationale 2004
Photo d'archives Les multiculturalistes s’en donnent à cœur joie contre les Québécois dits « racistes ».

Coup d'oeil sur cet article

Il est évident que les Québécois francophones de souche ont intérêt à tourner sept fois la langue dans leur bouche avant de parler, s’ils veulent éviter de se faire traiter de racistes, de fascisants et de tout autre qualificatif quand ils affirment leur nationalisme distinct. Ils ont donc intérêt à tempérer leurs déclarations publiques à saveur identitaire. 

Les racisés et autres multiculturalistes joviaux ou vindicatifs, eux, s’en donnent à cœur joie contre les Québécois «racistes», «xénophobes» et «intolérants».

Ceux-ci doivent alors jouer aux naïfs même lorsqu’ils ne le sont pas et afficher leur ignorance parfois réelle comme si c’était une vertu. Oubliant que ceux qui les insultent sont parfois ignorants aussi de l’histoire du Québec, de la Nouvelle-France à aujourd’hui. 

Les Québécois de souche dégagent un parfum aux odeurs toxiques pour nombre de citoyens qui se croient d’une ouverture d’esprit plus large, prétendent à une tolérance sociale exemplaire, mais qui pratiquent une rectitude politique des plus redoutables dans toutes les institutions canadiennes. 

Insultes 

Les nationalistes mous qu’incarne la CAQ n’échappent pas aux quolibets et aux insultes. Par exemple, la politique de contrôle de l’immigration ne passe pas la rampe.  

Le premier ministre Legault, qui manie parfois la langue avec difficulté, doit faire gaffe. Un mot de trop, une formule gauchement choisie comme «le Québec n’est pas islamophobe», et le mercure atteint 50 degrés Celsius dans les parlements provinciaux et les médias d’un océan à l’autre. 

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Le racisme, l’exclusion, la discrimination ne sont pas le seul fait des Blancs francophones et nationalistes. Cet amalgame est non seulement explosif, mais faux et injuste.  

En effet, que dire de ces groupes qui refusent de reconnaître à la majorité francophone son droit à défendre la langue française et la laïcité telle qu’elle est inscrite dans la loi 21, laquelle a été votée par l’Assemblée nationale? 

Au Canada anglais, le sentiment anti-français est indissociable du vieux réflexe anti-Québec qu’ont connu ma génération et celles qui ont suivi jusqu’à la seconde défaite référendaire en 1995. 

Nationalisme progressiste 

Il existe au Québec des groupuscules d’extrême droite, qui incitent à la haine de l’autre. Mais ils ne peuvent en aucune façon être associés aux partisans du nationalisme historique du Québec.  

Le nationalisme québécois n’a rien à voir avec le nationalisme des groupes néonazis en Allemagne et en Autriche ni avec celui des dirigeants hongrois et turcs. Le nationalisme québécois progressiste a permis à la Révolution tranquille de promouvoir en accéléré la liberté d’expression, la justice sociale et l’égalité entre les sexes. 

Nombre d’opposants au nationalisme québécois semblent entretenir une ambiguïté troublante à l’endroit des Québécois de souche. D’ailleurs, cette désignation est la seule qui convienne à tous ceux dont les racines sont françaises et à tous les autres qui ont fait le choix du Québec en acceptant la réalité d’une majorité francophone. 

Il est humiliant et épuisant que la majorité québécoise soit constamment sur la défensive et qu’elle ne puisse compter sur l’appui de tous ses concitoyens lorsqu’elle est attaquée pour avoir exercé ses droits démocratiques. Attend-on notre soumission définitive ?