/finance
Navigation

Début du processus de ratification du nouvel ALENA la semaine prochaine

Coup d'oeil sur cet article

Le Parlement canadien entamera le 29 janvier le processus de ratification du nouvel accord de libre-échange trilatéral (AEUMC) entre le Canada, le Mexique et les États-Unis, a annoncé mardi le premier ministre Justin Trudeau.  

« Lorsque la Chambre reprendra ses travaux la semaine prochaine, nous irons immédiatement de l’avant en vue de ratifier le nouvel ALÉNA », déjà ratifié par le Mexique et les États-Unis, a-t-il déclaré lors d’un point presse à Winnipeg (Manitoba) à l’issue d’un conseil des ministres de trois jours.  

« Mercredi, nous déposerons un projet de loi pour ratifier l’accord », a précisé le premier ministre, fixant de fait au 29 janvier le début du processus de ratification par le Canada, qui pourrait prendre plusieurs semaines.   

« Faire passer le nouvel ALÉNA au Parlement est notre priorité » et le Canada veut le faire « le plus vite possible », a-t-il ajouté en référence à l’AEUMC, qui amende l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) entré en vigueur en 1994.   

Les travaux parlementaires doivent reprendre à Ottawa le 27 janvier, après que les Libéraux de Justin Trudeau ont perdu lors des législatives d’octobre leur majorité absolue à la Chambre des communes, avec 157 élus sur les 338.  

Le dépôt du projet de loi ouvrira la semaine prochaine une période de discussions à la Chambre des communes, qui devrait sauf surprise approuver l’accord.  

Le Canada avait fait savoir qu’il ratifierait l’accord en même temps que les États-Unis, qui l’ont définitivement approuvé la semaine dernière, après la ratification par le Mexique le 10 décembre.   

Le nouvel accord, finalisé en décembre à Mexico, stipule que 70 % de l’acier et de l’aluminium entrant dans la fabrication des voitures en Amérique du Nord devra provenir du Canada, des États-Unis ou du Mexique.   

Après la signature de l’accord final, Justin Trudeau avait été accusé par l’opposition d’avoir sacrifié l’aluminium canadien, lui reprochant de ne pas avoir réclamé les mêmes protections que pour l’acier.