/news/currentevents
Navigation

Sa maison saccagée: c’est un cauchemar total

Une locataire a laissé sa maison dans un état « jamais vu », si bien qu’elle devra probablement être démolie

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-CALIXTE | Enfin débarrassée de la locataire qui a laissé sa maison dans un état épouvantable, une propriétaire de Lanaudière devra se résoudre à faire démolir l’endroit qu’elle considérait comme son plan de retraite.  

• À lire aussi: La Régie ordonne l'expulsion des locataires de la maison saccagée de Saint-Calixte  

• À lire aussi - Maison saccagée à Saint-Calixte: une locataire donne sa version des faits  

« C’est la pire maison [que j’ai vue] de ma carrière. C’est du jamais-vu [...] Il s’est fait des choses que je ne pouvais pas m’imaginer qu’on pouvait faire à une maison », s’est exclamé Yves St-Pierre, inspecteur en bâtiment de la firme Inspecgo.     

Nathalie Duchesne.
Propriétaire
Photo MARTIN ALARIE
Nathalie Duchesne. Propriétaire

Celui qui a inspecté 2000 bâtiments en huit ans est sorti renversé de sa visite hier d’une résidence de la rue Sylvain, à Saint-Calixte. Les murs y sont arrachés, des trous gigantesques percent le plancher, des débris jonchent le sol et des fils électriques dénudés pendent du plafond.     

La locataire qui a fait un tel saccage a dû être évincée hier, cinq jours après un jugement de la Régie du logement. Geneviève Thibault-Lanthier, qui louait l’endroit depuis huit mois, a dû être escortée par la police.    

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Hans Brouillette, directeur des affaires publiques à la CORPIQ, à QUB Radio:

« Je suis à terre »  

La propriétaire Nathalie Duchesne multipliait les démarches pour la mettre dehors depuis des semaines, notamment en médiatisant l’histoire.     

Même si elle savait que des dégâts l’y attendaient, Mme Duchesne a été anéantie d’en constater l’ampleur sur place hier.    

Elle a de plus appris que la structure était sévèrement endommagée. À un point tel qu’il coûterait plus cher de la rénover que de la démolir pour la reconstruire.     

Avant Après
Photo tirée de Facebook
Photo tirée de Facebook

« Je vais devoir vendre la maison où j’habite pour pouvoir [avoir l’argent afin de] faire démolir celle-ci [la maison saccagée]. Je suis à terre. Ça n’a juste pas de bon sens », confie Mme Duchesne.     

Dans la cuisine, où on met les pieds en franchissant la porte, il ne reste plus d’îlot central. Le revêtement et l’isolation des murs ont été arrachés à plusieurs endroits si bien qu’on peut toucher le mur de briques extérieur sans mettre le nez dehors.    

Matelas imbibé d’urine  

À l’extérieur, un homme venu aider vomissait après avoir tenté de déplacer un matelas imbibé d’urine qui traînait dans le salon, lors du passage du Journal.     

L’odeur d’humidité est omniprésente dans l’air. L’eau s’est infiltrée par le toit après que la locataire eut démoli des murs de soutènement et retiré du bardeau.    

Avant Après
Photo tirée de Facebook
Photo tirée de Facebook

Malheureusement, la propriété qui était louée 1000 $ par mois n’était pas assurée. Selon le bail, la locataire en avait la responsabilité.     

« Quand je lui ai demandé une preuve d’assurance après deux semaines, je n’ai rien eu. Quand j’ai voulu prendre une assurance, il était déjà trop tard. Elle avait déjà enlevé un mur de soutènement », raconte Mme Duchesne.    

  

Même Hans Brouillet, de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec, semblait soufflé en voyant les images.     

« En 14 ans, j’en ai vu de toutes les sortes, mais là, c’est une maison complète qui a été saccagée jusqu’à la structure, lance-t-il. Ici, c’est du jamais-vu à ce niveau-là. »    

Il estime que la propriété a été la cible de méfaits et que des accusations devraient être portées contre la locataire. Toutefois, aucune plainte n’a été déposée.    

« Les policiers m’ont dit que ça ne servirait à rien en raison de l’état mental de la locataire », précise Mme Duchesne.    

– Avec Antoine Lacroix  

Un projet de retraite qui a été ravagé  

La propriétaire de la maison saccagée par une locataire à Saint-Calixte, dans Lanaudière, devra probablement se résoudre à sortir de sa retraite pour éponger les dettes que ces dégâts lui occasionnent. « Ça fait 10 ans que je suis à la retraite, et là, je pense retourner travailler. Je viens de perdre 250 000 $ [valeur de l’hypothèque] », explique Nathalie Duchesne.     

La dame de 54 ans qui a travaillé dans les refuges animaliers une partie de sa carrière voyait la maison qu’elle avait achetée il y a trois ans comme une partie de son fonds de retraite.    

« Je me disais que je pouvais tirer du profit en la revendant dans quelques années ou que je pouvais avoir une entrée d’argent constante avec le loyer que je percevais », poursuit-elle.    

Élan de solidarité  

Le malheur qui s’est abattu sur Mme Duchesne a touché droit au cœur une dizaine de bénévoles qui sont venus aider hier à nettoyer la maison.    

« Quand j’ai vu ça sur Facebook, j’ai dit à mon conjoint qu’il fallait aider. [...] Ça n’a pas d’allure un saccage comme ça. Je n’ai jamais vu ça », indique Alison Calouro, copropriétaire de l’entreprise de livraison et de déménagement Transport Mat et Ali de Saint-Lin–Laurentides.    

Avec son conjoint et associé ainsi qu’un employé, ils ont vidé une partie des biens accumulés. Ils ont envoyé l’équivalent de quatre camions cubes à l’écocentre de la municipalité.    

D’autres bénévoles, dont un inspecteur en bâtiment, ont aidé à solidifier la structure du toit de la maison en installant notamment des poutres de bois, pour permettre aux bénévoles de procéder au nettoyage.    

Une campagne de sociofinancement Gofundme a aussi été lancée pour aider Mme Duchesne. L’objectif est de 150 000 $.