/news/society
Navigation

Un restaurant ciblé par des activistes pro-animaux

Un restaurant ciblé par des activistes pro-animaux
Photo 24 Heures/Agence QMI, Guillaume Cyr

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le restaurant Manitoba, situé dans le Mile-Ex, à Montréal, a été vandalisé par des activistes qui ciblaient directement le chef cuisinier Simon Mathys, un peu plus d'une semaine après une action menée par des militants véganes au restaurant Joe Beef.  

Lundi, l'un des copropriétaires du Manitoba, Simon Cantin, s'est buté à une serrure remplie de colle, ce qui empêchait les employés de rentrer dans le restaurant. Un début de graffiti se trouvait sur le mur extérieur, alors que des vandales ont écrit à la peinture «Stop S», probablement avant d'avoir dû prendre la poudre d'escampette avant de terminer leur message.  

Un message inscrit sur un papier déposé dans la boîte aux lettres du commerce était plus éloquent. «Votre chef Simon Mathys a du sang sur les mains et vous en êtes complices. Des milliers d’oies et de canards payeront injustement de leur vie pour un simple plaisir gustatif dans ce futur projet d’abattoir», pouvait-on y lire.  

ÉCOUTEZ l'entrevue avec Élisabeth Cardin, co-propriétaire du restaurant Manitoba et victime d'une action militante végane à QUB Radio: 

«En six ans, c’est la première fois que ce geste se produit», a expliqué M. Cantin.  

C'est la seconde fois en peu de temps que des militants visent un restaurant pour défendre la cause des animaux. Le 11 janvier, des activistes s'étaient introduits à l'intérieur du Joe Beef, en pleine heure du souper, pour scander que la viande «n’est pas de la nourriture, c’est de la violence».    

Les propriétaires du restaurant Manitoba, Simon Cantin et Élisabeth Cardin
Photo 24 Heures/Agence QMI, Guillaume Cyr
Les propriétaires du restaurant Manitoba, Simon Cantin et Élisabeth Cardin

Petit abattoir  

Le chef du Manitoba Simon Mathys, est membre du conseil d’administration du Petit abattoir, un projet de micro-abattoir qui se présente comme une alternative locale et écologique pour les éleveurs de canards et d'oies.  

La copropriétaire Élisabeth Cardin se dit non seulement attristée par cet acte, mais elle croit aussi que son restaurant n’est pas la bonne cible.  

  

Un restaurant ciblé par des activistes pro-animaux
Photo 24 Heures/Agence QMI, Guillaume Cyr

«On fait des plats ancestraux [québécois et autochtones] avec des plantes sauvages, tout en respectant l’animal, dans une conscience environnementale et sociale, a tenu à rappeler Mme Cardin. Je me fous un peu de ce que vous choisissez de manger, l'important, c'est de la provenance et la manière de produire les aliments.»  

L’attaque, selon les propriétaires de l'établissement de la rue Saint-Zotique Ouest, semble venir d’un groupe végane extrémiste. Ils ne souhaitent surtout pas placer toutes les personnes qui optent pour ce régime dans le même panier.  

«On a un super menu végane, en plus!», a lancé Mme Cardin.  

Les propriétaires du restaurant ont partagé leur mésaventure sur la page Facebook de l'établissement. Mardi soir, la publication avait suscité plus de 1700 réactions, 600 commentaires et 800 partages.  

C'est la seconde fois en peu de temps que des militants visent un restaurant pour défendre la cause des animaux. Le 11 janvier, des activistes s'étaient introduits à l'intérieur du Joe Beef, en pleine heure du souper, pour scander que la viande «n’est pas de la nourriture, c’est de la violence».