/news/green
Navigation

Climat: Trump affirme qu’il «aurait adoré» rencontrer Greta Thunberg à Davos

Climat: Trump affirme qu’il «aurait adoré» rencontrer Greta Thunberg à Davos
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi à Davos qu’il « aurait adoré » y rencontrer la jeune militante du climat Greta Thunberg, qu’il avait critiquée implicitement mardi par discours interposés.  

• À lire aussi - 737 MAX: Trump qualifie Boeing de «grande, grande déception» 

• À lire aussi - Quand Davos facilite l'évasion fiscale internationale

« J’aurais adoré la voir, lui parler », a déclaré M. Trump lors d’une conférence de presse en marge du Forum économique mondial dans la station de ski suisse, où se trouve également présente la jeune Suédoise.

Climat: Trump affirme qu’il «aurait adoré» rencontrer Greta Thunberg à Davos
AFP

Les militants écologistes élèvent leurs exigences « à un niveau irréaliste », au point que « vous ne pouvez plus vivre votre vie » normalement, a-t-il poursuivi.

Considère-t-il toujours le réchauffement climatique comme « un canular »? « Non, pas du tout, mais certains aspects le sont », a répondu M. Trump, sans autres précisions, lui qui avait naguère qualifié le changement climatique de « canular inventé par les Chinois ».

Le président américain, ouvertement climato-sceptique, avait fustigé mardi à Davos « les éternels prophètes de malheur et leurs prédictions d’apocalypse », devant un auditoire de grands patrons et de responsables politiques, mais où se trouvait également Greta Thunberg.

Cette dernière avait répliqué peu après, dans un discours intitulé « Éviter l’apocalypse climatique ».

« Notre maison brûle toujours. (...) Nous vous disons qu’il faut paniquer », avait martelé la militante qui multiplie volontiers les passes d’armes sur Twitter avec l’hôte de la Maison-Blanche.

De son côté, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a affirmé que le climat « n’avait pas été un sujet d’attention particulière » à Davos, alors même que la thématique est omniprésente dans les débats et donne lieu à de nombreuses annonces d’entreprises.

« L’administration américaine croit évidemment dans l’air pur et l’eau propre. C’est un sujet compliqué, nous soutenons un environnement propre, mais pensons pouvoir y arriver d’une façon qui ne nuise pas aux activités économiques », a-t-il plaidé en marge du Forum.

Greta Thunberg avait appelé mardi à « cesser immédiatement tous les investissements dans l’exploration et l’extraction d’énergies fossiles », « cesser immédiatement toutes les subventions aux énergies fossiles », « pas en 2050, pas en 2030 ou même en 2021 », mais « maintenant ».