/entertainment/opinion/columnists
Navigation

La police du sexe

Coup d'oeil sur cet article

Hier, dans mon bureau, j’ai lu un livre qui m’a fait pousser plein de « Oooh ! », plein de « Aaaah ! ».   

À tel point que mon mari, qui m’entendait m’exclamer dans la pièce d’à côté, se demandait bien ce qui était en train de m’arriver.  

Ce livre qui m’a procuré tant de plaisir, c’est l’essai Ces tabous tenaces : La masturbation, la pornographie et l’éducation, de Patrick Doucet.  

Ce prof de cégep, un vulgarisateur jamais vulgaire, n’a pas peur de dénoncer la police du sexe qui veut régimenter les fantasmes des hommes et des femmes. 

UN LIVRE NÉCESSAIRE 

C’est fou quand même : la sexualité est partout (télé, films, livres, pubs), mais il y a encore plein de sujets tabous... et beaucoup d’hypocrisie.  

Tout au long de son livre, un essai percutant qui va faire sauter au plafond les Martine Delvaux de ce monde, Doucet pose plein de bonnes questions.  

Alors que les féministes radicales voient la pornographie comme étant dégradante et déshumanisante, « comment explique--t--on que de 30 % à 86 % des femmes en regardent ? » demande-t-il.   

Alors qu’une étude de 2014 montre que 65 % des femmes entretenaient le fantasme d’être domi-nées sexuellement, et que près de la moitié des femmes avaient le fantasme d’être attachées, comment expliquer que certaines femmes féministes ont dénoncé haut et fort le livre 50 nuances de Grey

Comme l’écrit Doucet : « À l’instar des curés d’antan, des féministes ont invité leurs consœurs et confrères à brûler ce livre, véritable ‘‘manuel de torture sexuelle’’ ». 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Et il va plus loin : « N’est-ce pas là une façon de culpabiliser encore une fois bien des femmes pour leurs désirs sexuels ? » 

Doucet raconte une anecdote savoureuse. En 2004, dans le documentaire Baise majesté de Francine Pelletier, une certaine Valérie s’était confiée sur ses premiers émois. 

« Lorsque Valérie a atteint son premier orgasme en se masturbant, vers l’âge de 16--17 ans, elle en a parlé avec sa mère dès le lendemain matin. Sur un ton complice, celle--ci a aussitôt dit à sa fille qu’elle était maintenant une femme ‘‘autonome’’. » 

Cette Valérie n’est pas le personnage du film avec Danielle Ouimet, mais bien la Valérie qui est aujourd’hui... mairesse de Montréal ! 

DES FEMMES EN OR 

J’ai reçu Patrick Doucet à mon émission à Qub radio. On a parlé de ces tabous tenaces qui font que même si on pense vivre dans une société ouverte et progressiste, on a encore une « petite gêne » à parler de certains sujets, comme la sexualité des personnes âgées. 

Il m’a parlé d’une de ses étudiantes, qui travaillait dans un centre d’accueil pour personnes âgées. 

Elle s’était liée d’amitié avec une dame de 95 ans, qui avait vécu de nombreuses épreuves pénibles dans sa vie, mais était malgré tout très sereine et souriante. L’étudiante lui a demandé comment elle avait fait pour traverser ces moments difficiles. 

L’aînée lui a répondu qu’elle allait lui montrer quel était l’objet qui l’avait aidée à traverser ces épreuves. La jeune pensait que c’était une Bible ou quelque chose du genre. La dame de 95 ans a pris sa marchette et a sorti du placard... « un énorme vibrateur ». 

Hahaha ! Je vous le dis, ce livre m’a vraiment procuré... beaucoup de plaisir.  

Édito de Sophie Durocher