/24m/transports
Navigation

Objectifs de transport en commun: il faudrait 10 REM pour y arriver

Objectifs de transport en commun: il faudrait 10 REM pour y arriver
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

Il faudrait créer de 8 à 12 projets de l'envergure du Réseau express métropolitain (REM) d'ici 2031 pour atteindre les objectifs de fréquentation de transport en commun dans le Grand Montréal, selon un expert. 

En 2018, seulement 24 % de tous les déplacements lors de l’heure de pointe matinale étaient faits en transport en commun dans la région métropolitaine, une mince progression de 1 % en cinq ans, selon l’Enquête Origine-Destination dévoilée mardi par l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). 

La mise en place du train léger électrique de la Caisse de dépôt et placement du Québec au cours des prochaines années ne sera pas assez pour redresser la situation. 

«Il faudrait faire de 8 à 12 projets de l'envergure du REM pour atteindre l'objectif de 35 % de déplacements en transports en commun d'ici 2031», estime Pierre Barrieau, chargé de cours en planification des transports à l’Université de Montréal et à l’UQAM. 

Cette augmentation de 11 % de la part des déplacements en transport collectif souhaitée par la Communauté métropolitaine de Montréal nécessiterait des investissements sans précédent, a-t-il souligné. 

Manque d’argent 

Les données de l’ARTM révèlent que le nombre de déplacements en transport en commun n’a augmenté que de 4 % au cours des cinq dernières années, soit la hausse la plus faible en 20 ans. 

Selon M. Barrieau, ce constat résulte de politiques publiques déficientes qui mettent des objectifs de parts modales de 35 % sans faire les investissements nécessaires pour les atteindre. Le seul gros projet à avoir été complété entre 2013 et 2018 est la ligne de train de banlieue Mascouche, dont l’impact reste limité. 

La population croît rapidement dans les villes des couronnes Nord et Sud au-delà de Laval et Longueuil, et les investissements doivent suivre le rythme, a d’ailleurs fait savoir Sylvain Yelle, directeur général d’exo, qui gère les trains de banlieue et autobus dans ces secteurs. 

Rien de concret 

L’ARTM n'a pas été en mesure d'indiquer mardi matin ce qui sera fait concrètement au cours des prochaines années pour augmenter drastiquement les déplacements en transports en commun. 

«C'est un objectif [la cible de 35 %] qui est extrêmement ambitieux, a soutenu le directeur exécutif planification du transport et de la mobilité, Daniel Bergeron. Les résultats que l'on observe [mardi matin dans l'Enquête Origine-Destination] montrent qu'il y a urgence d'agir et de manière importante.» 

L’ARTM remettra à Québec un plan stratégique de développement avant la fin de l’année. D’ici là, impossible de savoir comment l’organisation compte s’y prendre pour améliorer les services.